400 FCFA par jour à 35 000 familles pour lutter contre la pauvreté : De qui se moque Gon ?

Amadou Gon Coulibaly
Amadou Gon Coulibaly

Un fait est passé inaperçu, dans le bilan social dressé par le premier ministre , lors de sa conférence de presse du 17 septembre 2018, dédiée aux actions sociales du président .

« Conformément aux orientations du Président de la République, des travaux sont en cours dans chaque département ministériel, afin d’identifier les projets et les réformes prioritaires qui constitueront le programme social du gouvernement sur la période 2018-2020 », a indiqué le premier ministre Amadou Gon Coulibaly.

A lire aussi : Gon en conférence de presse : « La place du PDCI est bel et bien au RHDP »

Ce dernier s’est davantage penché sur des actions non encore abouties ou en chantier, depuis plusieurs années, sans pouvoir donner d’actions concrètes ayant abouti au changement drastique des conditions de vie des populations ivoiriennes. Mais au nombre des actions concrètes, Amadou Gon Coulibaly a cité des « reformes, en vue de réduire le taux de pauvreté qui a baissé à 46,3% en 2015, contre 48,9% en 2011 », un chiffre très loin du record des années 70, où seulement 10% des Ivoiriens vivaient avec moins de deux dollars par jour.

Amadou Gon Coulibaly

Foutaise !

Mais le grand auto-satisfecit du premier ministre a été l’octroi d’allocation familiales à 35 familles « au nombre des plus défavorisées » qui « ont perçu une allocation familiale de 36 000 FCFA par trimestre, dans le cadre des filets sociaux ».

36 000 FCFA par trimestre, soit 12 000 FCFA par mois et 400 FCFA par jour, moins d’un dollar par famille et par jour. Une vraie foutaise, pour des gens présentés comme comptant parmi les « plus défavorisés » du pays.

« Il est prévu d’étendre à 100 000 familles, le nombre des bénéficiaires. Selon le dernier bilan, plus de 4,493 milliards FCFA ont été distribués aux familles dans 540 villages concernés dans 12 régions des zones centre, nord et ouest du pays », a-t-il fait savoir.

Elvire Ahonon

Amadou Gon : « Les bacheliers ivoiriens sont aptes à intégrer les grandes écoles aux Etats-Unis »