Adjoumani répond à Bédié : « Aujourd’hui, il parle de regret, par rapport à quoi ou à qui ? »

Henri Konan Bédié et Kobenan Kouassi Adjoumani
Henri Konan Bédié et Kobenan Kouassi Adjoumani

Le ministre  répond à Henri Konan, suite à la dernière sortie médiatique du président du PDCI sur France 24.

Monsieur le Président du mouvement , quels commentaires faites-vous de la dernière sortie médiatique du Président sur France 24 ?

Beaucoup de choses que nous savons déjà ont été confirmées. Ce que je note, c’est que nous cernons un peu plus clairement les intentions et les ambitions du Président Henri Konan Bédié. Tout ceci nous conforte dans la décision que nous avons prise de nous engager dans le mouvement Sur les traces d’Houphouët-Boigny. Je persiste encore et toujours à dire que le Président Henri Konan Bédié est entouré de conseillers qui ont des agendas cachés. Dans cette interview, le Président Henri Konan Bédié a notamment déclaré qu’il regrette d’avoir soutenu l’élection et la réélection du Président .  Ce sont des propos qui prennent totalement à contre-pied tout ce qu’il a défendu jusque-là.

Soyez plus précis

Vous savez les militants du en majorité accordent une grande confiance au Président Henri Konan Bédié au point où ils s’interdisent de demander le pourquoi de certaines de ses décisions même quand ils ne les comprennent pas. Donc, quand vous lancez l’Appel de Daoukro sans les consulter, vous leur demandez de soutenir la candidature d’un président sortant et que des années plus tard vous venez déclarer sur une chaine de télévision internationale que vous vous êtes trompé ou que vous regrettez, cela est grave. Parce qu’en temps normal, on peut vous demander des comptes.

Je voudrais aussi rappeler qu’à l’inauguration du troisième pont qui porte son nom, le Président Henri Konan Bédié avait déclaré que la construction de ce pont valait à lui seul à son bâtisseur, un deuxième mandat, à la tête de l’Etat ?

D’où vient-il alors qu’aujourd’hui, il parle de regret ? Regret par rapport à quoi ou à qui ?

Regret par rapport à l’alternance

Là encore je suis désolé, parce que ce qu’on ne relève pas souvent dans ce débat, c’est que la question de l’alternance avait été définitivement tranchée pour constituer un motif pertinent et suffisant de rupture d’avec le .

A lire aussi : Adjoumani : «Le 26 janvier, après le congrès du parti unifié, je ne suis plus militant du PDCI»

Le Président Alassane Ouattara avait seulement formulé une exigence en terme de procédure. Il avait souhaité la mise en place d’un cadre politique nouveau le parti unifié RHDP, à l’intérieur duquel devrait être traité et résolu la question de l’alternance. Il n’avait jamais déclaré une opposition formelle à l’idée d’une candidature d’un cadre issu du PDCI-RDA.

Sinon s’il avait une aversion pour le PDCI-RDA, pourquoi alors a-t-il choisi comme Vice-Président de la République ?

Dans cet entretien le Président Henri Konan ne semble plus faire de mystère sur sa candidature en 2020

Je crois que les uns et les autres commencent à comprendre aujourd’hui pourquoi c’était si compliqué. Hier, c’était de la rumeur. Aujourd’hui, le Président Henri Konan Bédié, lui-même, nous dit que cette candidature est probable en 2020, qu’elle n’est pas à exclure.

Mais je crois que si au départ, les choses avaient été aussi claires pour tous on aurait pu éviter beaucoup de choses. Mais encore une fois, je voudrais me garder de commenter l’idée d’une candidature du Président Henri Konan Bédié en 2020. Vous voudriez bien me concéder cette petite réserve.

Pour autant cela va en total contradiction avec ce qu’il a déclaré hier, à savoir qu’à son âge, il n’avait plus ce souci de redevenir Président de la République

Je suis bien d’accord mais encore une fois, permettez-moi de ne pas en dire plus.

Ce que je regrette, c’est que les gens qui entourent aujourd’hui le Président Henri Konan Bédié ne lui rendent pas service. Par le passé, le Président Henri Konan Bédié était un homme qui parlait peu et juste. C’est quelqu’un qui quand il a signé, il a signé. Quand il dit une parole, il la respecte jusqu’au bout, quelles qu’en soient les conséquences.

Le Président Henri Konan Bédié a également confirmé la mise en place d’une plateforme avec Soro et Gbagbo

C’est son droit, mais c’est juste pour attirer la sympathie des militants du FPI en vue des élections du 16 décembre prochain. Et, je crois que c’est cet acte là qu’il va regretter le plus. Et je ne sais pas s’il y a un mot plus fort que regretter.

Cette plateforme semble beaucoup faire peur au RHDP

Point du tout ! Et sans dévoiler pour l’instant notre appréciation de la chose, je vois que mes amis font des erreurs d’analyse assez graves. Ils se basent sur des clichés politiques en pleine mutation. Tout ce que je peux leur dire c’est que de grosses surprises les attendent. Le Président Henri Konan Bédié se proclame déjà président d’une plateforme qui n’est pas encore créée.

Il souhaite également la libération de Laurent Gbagbo par la CPI

Le Président Henri Konan Bédié reconnait que le Président Laurent Gbagbo a commis des crimes et il estime que 7 ans, ça suffit ! Je crois que seuls les juges de la CPI peuvent en décider. Il faut donc laisser les juges faire leur travail, sereinement.

Au total que retenez-vous de cet entretien ?

Je considère qu’en tant qu’Houphouétiste, nous devons essayer, en toute circonstance et quelle que soit la nature de nos divergences de régler nos problèmes par le dialogue.

On ne doit pas s’enfermer dans une posture ou dans une logique de non-retour. Le Président Félix Houphouët-Boigny parlait de la porte du dialogue qui doit demeurer ouverte.

A lire aussi : Côte d’Ivoire : 10 photos inédites du ministre Adjoumani en jet privé

Et je note également qu’en dépit des divergences profondes, le Président Alassane Ouattara continue de parler avec son aîné. Comme en témoigne son coup de fil à son aîné, le Président Henri Konan Bédié, à son retour de Yamoussoukro le soir du 7 décembre dernier, en rentrant à Abidjan. Ils ont échangé cordialement, comme le souligne le Président Henri Konan Bédié, lui-même. Cela veut dire qu’il faut faire la part des choses et se placer au-dessus de certaines considérations.