Boga Sako, pro-Gbagbo : Voilà pourquoi il faut « reconnaître le génocide WÊ » en Côte d’Ivoire

Gervais Boga

Dr Boga Sako, Président-Fondateur de la FIDHOP et de GRADDH-AFRIQUE, s’est penché à Copenhague en Danemark, le 1er Mai 2019, sur la tuerie de Duekoué.

Les 26 et 27 avril 2019, le parti du Président , le Front Populaire Ivoirien, a réussi à orienter tous les esprits et tous les regards des Ivoiriens et du monde entier sur la ville-Martyre de !

Merci au , merci Laurent Gbagbo !

Si Radio France Internationale (RFI) a pu évoquer le chiffre d »environ un Million (1 000 000) de personnes rassemblées au cours de cette manifestation de la Fête de la Liberté 2019, les organisateurs peuvent soutenir qu’il y en avait au moins un Million et demi, si ce n’était deux Millions. Puisque partout, même en France, c’est toujours la guéguerre entre les chiffres officiels, ceux des gouvernants qui n’y participent pas, et ceux des organisateurs et acteurs du terrain.

Pourtant, il ne s’agissait pas d’une édition de la Fête de la Musique, qui ne parvient même plus à rassembler cinq cents milles personnes en un lieu dans les pays africains, malgré la gratuité, la proximité et la célébrité des artistes. 
Il s’agissait bien de la 20ème édition, celle de 2019, d’une Fête de la Liberté, qui est instituée par le FPI de M. Laurent GBAGBO depuis qu’il était dans l’opposition. Le FPI n’aura pas meilleur Hommage à rendre à son premier Vice-président, le Professeur Aboudramane SANGARE, qui avait choisi Duékoué lors de la précédente édition et qui s’en est allé avant cette célébration.

Et puis, DUEKOUE n’est pas Abidjan qui compte aujourd’hui près de six Millions d’habitants, ni à proximité d’Abidjan. Duékoué est une ville de la Côte d’Ivoire, située à 502 Km d’Abidjan, dans l’ouest du pays, dans la région du Guémon, proche des pays limitrophes, le Libéria et la Guinée(Conakry). Selon le recensement national de la population ivoirienne de 2014, elle est peuplée de 185 344 habitants (seulement), essentiellement des Wê et des Guéré.

Et pourtant, les 26 et 27 Avril dernier, Duékoué a rassemblé entre un et deux Millions de personnes.
BRAVO ! 
Bravo à tous les Ivoiriens qui ont effectué le déplacement de DUEKOUE !
Bravo aux militants et sympathisants du FPI de GBAGBO !
Bravo aux dirigeants de ce parti, conduits par l’inusable Mme Simone EHIVET GBAGBO !
Bravo surtout aux populations de la région du Guémon et de DUEKOUE qui ont accueilli cette Fête dans la Dignité !

A lire aussi : Laurent Gbagbo à Michel Amani N’Guessan : « le combat n’est pas achevé »

Mais le monde entier aura découvert et retenu le nom de DUEKOUE à cause du massacre massif de sa population lors de la crise postélectorale de 2010-2011. Lorsque la Croix-rouge révéla que 850 corps sans vie avaient été découverts, seulement à DUEKOUE. Des personnes découpées à la machette, ou fusillées, ou calcinées, ou bombardées, ou jetées dans des puits…, parce qu’elles étaient filles ou fils de la région, qui est considérée proche de M. Laurent GBAGBO par les partisans et sympathisants de M. , l’actuel Chef de l’État ivoirien.

Ils ont donc été massacrés parce qu’ils étaient et parce qu’ils sont Wê ou Guéré ! 
Et même leurs enfants, notamment les jeunes garçons, ont été ciblés et massacrés, sans doute pour ne pas qu’ils vengent leurs parents dans l’avenir ; mais aussi parce que les bourreaux ont eu l’intention d’exterminer, totalement, tous les fils de la région, afin que leurs principales richesses, leurs riches terres produisant le bon cacao ivoirien, reviennent aux ressortissants étrangers, les Burkinabés, avec qui les autochtones ont souvent eu dans le passé des conflits fonciers.

Toutes les conditions d’un génocide sont donc réunies à Duekoué!

Et là où l’ évoquait le chiffre d’un peu plus d’un millier de morts, un fils de la région martyre, le Professeur de droit a situé la totalité des massacres dont les corps gisent dans les fosses communes, à au moins Trente mille (30 000) Morts. (Le défi est donc lancé à qui veut aller vérifier.)

Face à cette tragédie humaine, jamais vécue dans l’histoire de la Côte d’Ivoire moderne, des actes forts et concrets doivent être posés par la Côte d’Ivoire et les Ivoiriens en faveur de DUEKOUE et de toute la région !
Après les pleurs et les émotions, après tous les grands discours prononcés par les leaders du FPI, il nous faut désormais passer aux actes !
Car la Côte d’Ivoire de demain ne saurait se bâtir et être heureuse contre le prix du sang versé par les Wê et les Guéré, surtout si ces derniers sont oubliés ou abandonnés par la République !

A lire aussi : Adjoumani attaque Simone Gbagbo : « c’est votre refus de donner le pouvoir qui a plongé la Côte d’Ivoire dans la crise post-électorale pas la CEI »

C’est pourquoi, après le régime Ouattara :
J’invite tous les Ivoiriens, épris de Justice, des Droits de l’Homme, les Démocrates et les Républicains, mais aussi tous les Souverainistes et Panafricanistes de la Côte d’Ivoire, de l’Afrique et du monde entier à :
1. se mobiliser autour du cas de DUEKOUE, afin de faire admettre et faire reconnaître le GENOCIDE WÊ au plan national et international.
2. situer les responsabilités dans ces massacres et désigner les coupables, avant de leur accorder le Pardon de la Nation (si le pays en vraiment engagé dans une réelle Réconciliation nationale).
3. proposer un plan spécial de Dédommagement conséquent de toutes les victimes.
4. élaborer un plan spécial (du type plan Marshall) pour la Reconstruction de DUEKOUE et de sa région, de sorte à effacer à jamais les traces de ces massacres dans les esprits et les mémoires de tous et de chacun.
5. fixer une journée nationale de commémoration du Génocide Wê, qui rappellera chaque année à toute la Côte d’Ivoire et à ses descendants la crise postélectorale de 2010-2011 qu’il ne faudra plus jamais répétée dans la vie de ce beau pays !

Ainsi, la Côte d’Ivoire et le monde auront honoré Duékoué et ses martyrs de la démocratie !

Fait à Copenhague, DANEMARK, le 1er Mai 2019

Dr BOGA SAKO GERVAIS 
Président-Fondateur de la FIDHOP et de GRADDH-AFRIQUE 
Vice-président de EDS
Ecrivain