Congrès du RHDP : « Le RDR ne sait quoi faire du pouvoir, si ce n’est narguer, humilier et brimer » (Opinion)

Des militants du RDR

Déclaration de Sylvain Takoué, président du Rassemblement des Fiers Ivoiriens (R.F.I.), à propos du Congrès du le 26 janvier 2019.

Depuis qu’ils ont arraché manu militari, à leur très grande surprise, le pouvoir d’Etat à leurs illustres prédécesseurs du FPI, et qu’ils en ont encore l’émerveillement béat plein les yeux, les dirigeants du RDR et leurs sbires fanfaronnent dans le pays, comme des gens trop enthousiastes et même trop oublieux, ayant perdu le sens de la réalité des choses.

Voilà bientôt près de 10 ans, en effet, qu’ils sont aux affaires publiques, sans trop savoir quoi en faire, si ce n’est de faire usage des moyens de l’Etat pour se servir largement et profiter des caisses du pays, narguer, berner, humilier et brimer tous ceux qui pensent différemment d’eux et veulent légitimement leur départ du pouvoir.

« Voilà bientôt près de 10 ans, en effet, qu’ils sont aux affaires publiques, sans trop savoir quoi en faire »

Grisés par le goût enivrant du pouvoir politique, ils sont même allés jusqu’à crier, à tue-tête, sur tous les toits du pays, et soutenir mordicus que ce n’est pas grâce à leur allié politique d’hier, c’est-à-dire le Président et le , qui, dans le cadre du RHDP, groupement politique de né en 2005, qu’ils ont pris le pouvoir d’Etat et qu’ils le conservent.

Pire, juste après que le fameux «  », lancé par le même Henri Konan Bédié, Président du PDCI-RDA, ait fait de leur leader , le candidat unique, réélu à la présidentielle de 2015, ils ont crié à qui voulait les écouter que le RDR était, et est, le champion de la mobilisation populaire sur le terrain, et qu’ils n’avaient pas besoin du PDCI-RDA pour garder le pouvoir en 2020. Et comme on le voit à présent, prétention, vantardise, ingratitude et violence sont les roues motrices qui conduisent leur régime de dérives autoritaires vers la confiscation programmée du pouvoir d’Etat en 2020.

La machine fatale qu’ils apprêtent, en ce moment même, pour parvenir à leur fin, est un parti-Etat en gestation, pour lequel ils débauchent énormément d’énergie pour espérer y contraindre les masses du pays, autant que les cadres des autres partis.

A lire aussi : Affi rencontre Bédié et recadre Assoa Adou : « Ce n’est pas seulement la gauche qui est menacée, c’est la nation qui est en danger »

Récemment encore, des griots attitrés, de cette gigantesque machination morale et futuriste, laissaient entendre que ce parti unifié serait, à partir du 26 janvier 2019, le seul parti omnipotent, omniprésent et omniscient du pays. Ils le disent ainsi, parce qu’ils prétendent rafler l’adhésion de tous les Ivoiriens, autant qu’ils sont dans le pays et à l’extérieur, convaincus de détenir une majorité sociologique qui n’est que de façade.

Or, ce n’est que pure propagande politique, et ils le savent bien. Ils sont allés à l’école de Goebbels. Pourquoi se vanter de posséder déjà, selon eux, une domination sociologique et mathématique sur le terrain politique national par un tel parti d’absorption, et faire encore chanter les dirigeants et cadres des autres partis, surtout ceux du PDCI-RDA, pour planifier le déversement des militants de ce parti septuagénaire dans leur tout nouveau parti unifié du 26 janvier ?

« Se réfugier dans la force du nombre, n’est pas du courage, mais de la lâcheté »

En lisant, ces temps-ci, à propos du Japon, les écrits d’un grand sage et humaniste Japonais contemporain, du nom de Daisaku Ikeda, voici ce qui nous a frappé l’esprit : « Se réfugier dans la force du nombre, n’est pas du courage, mais de la lâcheté. C’est du fascisme, non de la démocratie. Dans une démocratie, toutes les personnes, sans exception, doivent reconnaître qu’elles sont des protagonistes de la société, et qu’en tant que telles, elles ont une responsabilité à assumer. Il y a trop d’intérêt personnel et d’égoïsme au Japon ; la tendance à suivre aveuglément, à aller dans le sens de la foule, y est trop forte », a écrit ce sage.

Le RDR, qui veut, tout simplement, se muer en RHDP-parti unifié en y forçant tous les autres pour les phagocyter goulument et se vanter, ensuite, de détenir, dans le pays, le plus grand nombre d’adhérents politiques de poids et de valeur, mérite cette caricature qu’on vient de lire. Car les griots fanfarons et enthousiastes du parti unifié confondent peuple et foule dans leur langage de propagande.

A lire aussi : Meiway au RHDP : « Il reste 18 mois, continuez de fanfaronner, Dieu aura le dernier mot »

Ils ont peut-être une foule d’individus qui, payés avec des sommes d’argent ridicules, feront, pour eux, le remplissage du Ce sera vraisemblablement une certaine masse composite de sujets aveuglés de fanatisme, qui ne savent strictement rien de ce qui attend le peuple de Côte d’Ivoire, peuple qui les attend aussi en silence avec son droit de vote-sanction en main, en 2020.

N’importe quel parti politique peut avoir, de son côté, le plus grand nombre de militants, ce qui est de bonne guerre et de bon aloi. Mais et si ce n’était que le plus grand nombre de soutiens-moutonniers, c’est-à-dire des foules de suiveurs et d’analphabètes politiques ? N’est-ce pas parce que les tenants du RDR en sont, en réalité, conscients, qu’ils font tant de tapages pour débaucher la masse réelle de lions dont disposent des partis profondément implantés et incontournables, tels que le PDCI-RDA ?

Ne donnent-ils pas raison, aux yeux de tous, à cet adage japonais qui dit que « mille moutons ne valent pas un seul lion » ? La date du 26 janvier 2019 est toute proche, désormais. Le vrai peuple de Côte d’Ivoire attend tranquillement de voir qui sont ceux qui vont réellement remplir les rangs de ce parti unifié qui planifie, en fait, l’émergence d’un système politique rigidement monarchique, qui risque de durer un demi-siècle en Côte d’Ivoire.

Sylvain Takoué, Président du Rassemblement des Fiers Ivoiriens (R.F.I.)