Les Éléphants unanimes : « nous ne devons pas nous attarder sur le passé »

La Côte d’Ivoire a battu la Moldavie 2 à 1 en match amical à , en France, le mardi 27 mars 2018. Les réactions d’après-match avec quatre joueurs des Éléphants de Côte d’Ivoire.

La Côte d’Ivoire a battu la Moldavie 2 à 1 en match amical à Beauvais, en France, le mardi 27 mars 2018. Roger Assalé et Nicolas Pépé aux 20e et 44e minutes ont été les buteurs ivoiriens. La Moldavie a marqué à la 59e minute par Artur Ionita. Les Éléphants avaient fait match nul 2 à 2 samedi toujours à Beauvais face au Togo. Comment les Éléphants ont préparé ces rencontres ? Eléments de réponse.

« On ne doit pas s’attarder sur le passé. Nous sommes venus préparer des matchs amicaux et tout s’est bien passé. On a fait un match nul et on termine le dernier match avec une victoire. C’est à nous maintenant de nous mobiliser pour les échéances à venir et puis essayer d’oublier l’humiliation de la Coupe du monde et nous concentrer sur les compétitions à venir. »

 

 

« Nous sommes positifs. Je pense que tout va bien même, si nous étions un peu stressés par le résultat du Togo. Nous reprenons confiance au fil des rencontres. Il faut être patients. »

 

« Nous avons bien travaillé dans l’ensemble, même si notre premier match n’était pas bon. Après, sur le deuxième, on avait à cœur de finir en beauté avec une victoire. C’est chose faite, donc nous sommes très contents. Il faut essayer d’aller de l’avant et c’est ce que nous essayons de faire »

 

 

 

« C’est un bilan positif, vu l’état d’esprit montré sur l’ensemble des deux matchs. On a eu beaucoup de regrets lors de la première rencontre. On menait deux buts à zéro avant de faire match nul.

On savait que le match contre la Moldavie allait être difficile. Le plus important, c’était de ne pas répéter les mêmes erreurs.

On a été concentré du début à la fin. On a su gérer le match et préserver l’avantage qu’on avait pour faire un bon résultat.

C’est difficile pour une nation comme la Côte d’Ivoire de ne pas se qualifier pour la Coupe du monde. Ce n’est pas facile, mais il faut repartir, il faut se reconstruire et on a besoin de soutiens, malgré les découragements.

Le plus important c’est de se relever, se retrousser les manches et de repartir encore. C’est dans ces moments qu’on arrive à construire un très bon état d’esprit dans un groupe et c’est ce que nous sommes en train de faire et j’espère que ça va porter des fruits par la grâce de Dieu. »

 

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici