Des paysans de Koun-Fao au gouvernement : « Arrêtez de nous menotter dans nos propres champs ! »

Manifestation à Koun-Fao, ce lundi 9 juillet 2018
Manifestation à Koun-Fao, ce lundi 9 juillet 2018

Un mouvement d’humeur a éclaté ce lundi 9 juillet 2018, à Koun-Fao bloquant la principale voie d’accès de la ville. Les populations manifestaient contre la déclassification d’une partie de leur terre. Manifestation à Koun-Fao.

La tension est très vive depuis ce matin du lundi 9 juillet 2018 sur la nationale A1 précisément à Koun-Fao. En effet les populations ont bloquées cette voie, créant un embouteillage monstre. Elles sont sorties de partout pour témoigner leur mécontentement au gouvernement d’. Sur les bandeaux rouges attachés sur les têtes, l’on pouvait lire sur les pancartes « arrêtez de nous menotter dans nos propres champs !».

Manifestation à Koun-Fao, ce lundi 9 juillet 2018
Manifestation à Koun-Fao, ce lundi 9 juillet 2018

A lire aussi : Interdiction de véhicules de moins de 5 ans : La dictature du « Grand Capital »

Cette violente manifestation fait suite à une décision gouvernementale jugée impopulaire et injuste par la population. Il s’agit de la déclassification d’une grande étendue de leurs terres en ‘’forêts classées’’. « Nous avons déjà des champs dans cette zone » s’insurge un manifestant.

« Les terres des populations des villes et villages longeant la frontière du Ghana à partir d’, , Koun-fao, , et ont été déclassées en forêts classées »

« Les terres des populations des villes et villages longeant la frontière du Ghana à partir d’Agnibilékrou, Tankéssé, Koun-fao, Transua, Assuéffry et Tanda ont été déclassées en forêts classées », explique-t-il tout essoufflé. « Comment allons-nous nourrir nos familles ? Que l’Etat nous le dise », fait savoir une dame la trentaine révolue sous le couvert de l’anonymat.

Jusqu’au moment nous mettions sous presse, tous les véhicules entrant ou sortant de Koun-fao étaient bloqués au grand dam des usagers qui se rendaient à Abidjan.

Karina Fofana

6 mois sans eau à Niakara, la population en colère : « Émergence d’accord, l’eau d’abord »