Devoir de mémoire / Cissé Bacongo : « La nouvelle constitution empêche Ouattara d’être candidat en 2020 »

Dans une interview accordée à Dnews, , principal conseiller juridique du président , membre du comité d’experts chargé de rédiger la constitution de 2016, s’était fermement exprimé contre la possibilité constitutionnelle et juridique, pour le chef de l’Etat actuel, d’être éligible, en 2020. Retranscription de cet entretien enregistré quelques jours avant l’adoption de la nouvelle constitution. Devoir de mémoire Bacongo 3è mandat Ouattara.

En Afrique, on sait que quand un chef d’état est en exercice, saute le verrou de l’âge limite de la candidature à une présidentielle avant la fin de son mandat, c’est un peu comme s’il brûle d’envie de se maintenir au pouvoir et des Ivoiriens pensent que si le chef de l’état l’a fait, c’est parce qu’il a envie de rester au-delà de 2020.

Je crois que les Ivoiriens se méprennent sur la personne ou la personnalité du président Alassane Ouattara. Notre président a montré et continue de montrer qu’il est un homme de parole. Il l’a dit et redit et n’arrête pas de le dire publiquement, pas seulement entre quatre murs en chuchotant à quelques oreilles, mais il le dit de façon ouverte, il ne sera pas candidat en 2020.

A lire aussi : Georges Armand Ouégnin : « Ouattara sait qu’un 3ème mandat est irréalisable en Côte d’Ivoire »

Donc vous le confirmez encore ?

Cela dit, ceux qui font des gorges chaudes sur cette question, qu’ils aillent regarder l’article 183 de la nouvelle constitution qui va être votée. Cet article, est la réplique mot pour mot, de l’article 133 de la constitution actuellement en vigueur dit, que la législation actuellement en vigueur reste applicable sauf si elle est contraire à la nouvelle constitution.

La législation qui est actuellement en vigueur, à laquelle se réfère l’article 183 de la constitution qui va être votée. Cette législation comprend la constitution actuellement en vigueur, elle comprend toutes les lois, tous les décrets, tous les textes pris à son application. Et la constitution actuellement en vigueur, à laquelle se réfère l’article 83  prévoit en son , que le président de la république est élu pour 5 ans renouvelable une seule fois.

A lire aussi : 3è mandat de Ouattara, Duncan : « Tout cela dépend de l’atmosphère incroyable créé par certains »

Dès lors que la constitution actuelle dit que le président de la république est élu pour 5ans renouvelable une seule fois, et que la constitution qui va être votée dit que le président de la république est élu pour 5 ans renouvelable une seule fois et que l’article 85, 83 de la constitution qui va être votée dit que l’article 35 demeure en vigueur, d’où vient l’idée que le président de la république va pouvoir se présenter ou bien va chercher à se présenter ?

Vous confirmez qu’au-delà de 2020

C’est la loi qui le dit, c’est la constitution que le président de la république lui-même a voulu donner à la Côte d’Ivoire ou a décidé de donner à la Côte d’Ivoire, c’est cette constitution qui dit. Lors de la rencontre avec les partis du , mon aîné et moi, nous ne serons pas candidats en 2020. Il l’a dit, je l’ai dit, et je vous le redis. Il l’a dit à plusieurs reprises mais comme les ivoiriens ne veulent pas écouter ce qu’on leur dit, mais ils écoutent plutôt ce qu’ils veulent entendre à travers ce qu’on dit, là on a un problème.

Peut-être que c’est parce que les ivoiriens n’ont plus trop en la parole des politiques ?

Je ne sais pas si les ivoiriens sont dans cette position vis à vis du président de la république. Il leur a donné des raisons suffisantes pour qu’on croit en lui. Tout ce qu’il a dit qu’il va faire, tous les engagements qu’il a pris jusqu’à présent, il les a respectés ou en tout cas a donné des signes de les respecter.

Propos retranscrits par Prince Beganssou

Nouveau Sénat : Bacongo se mélange les pinceaux, ASK le recadre