Enrôlement à Koumassi : Le RDR fait libérer 2 fraudeurs présumés, un commissaire de l’ONI cerveau de l’affaire ?

Le RDR a fait libérer 2 présumés fraudeurs sur l'enrôlement à Koumassi
Le RDR a fait libérer 2 présumés fraudeurs sur l'enrôlement à Koumassi

Des cas de fraudes ont été constatés pendant l’enrôlement à (commune d’Abidjan). Une fois de plus, le Rassemblement des républicains (RDR, parti présidentiel) est pointé du doigt, alors que la Commission électorale indépendante () se montre passive, et que l’Office national d’identification () censé établir un fichier inattaquable des cartes d’identité, se montre complice. 

Selon nos investigations, des individus ont bénéficié d’attestations d’identité, sans avoir présenté les pièces afférentes à ce sésame. Les enquêtes préliminaires ont permis de démasquer plusieurs personnes.

Des attestations d’identités sans les documents afférents

« Il est 16 heures ce vendredi 22 juin 2018 lorsque nous recevons un appel anonyme nous informer du convoyage de plusieurs personnes vers la direction de l’ (Oni) pour se faire établir des attestations d’identités sans les documents afférents », confie notre source.

Une curieuse attestation d'identité signée par un commissaire de police de l'Oni, un dimanche, sans photo
Une curieuse attestation d’identité signée par un commissaire de police de l’Oni, un dimanche, sans photo

« Le dimanche 24 juin 2018 à 10 heures précise, nous recevons une autre information avec insistance qu’une vague de personnes serait en partance vers les sites d’enrôlement munis de leur Secam (NDLR, attestation d’identité) flambants neuves, signées les samedi 23 et dimanche 24 juin 2018 » ajoute-t-il.

Lire aussi4.6 milliards pour l’enrôlement : « Tout cet argent dépensé était-il nécessaire ? » (Friedrich-Ebert-Stiftung Côte…

Comment et pourquoi les attestations ont pu être signées des jours non ouvrables ?

Dame Danielle Zagadou et Guy Tchotcho avaient été mis aux arrêts par la police, avant d'être relâchés suite à l'intervention de responsales locaux du RDR
Dame Danielle Zagadou et Guy Tchotcho avaient été mis aux arrêts par la gendarmerie, avant d’être relâchés suite à l’intervention de responsales locaux du RDR

Cette information selon lui, attire son attention du moment où ces jours (samedi et dimanche) sont non ouvrables pour l’administration ivoirienne y compris, pour l’Oni.

« Comment et pourquoi les attestations ont pu être signées des jours non ouvrables par le commissaire divisionnaire , chef du service des investigations et du contentieux de l’Office national d’identification ? », s’interroge un autre agent de la mairie de Koumassi stupéfait.

« S’il s’agit d’une exception faite en cette période en raison de l’affluence, pourquoi l’information n’a-t-elle pas fait l’objet d’une large diffusion pour le grand nombre de requérants ? », se demande un responsable politique sous le couvert de l’anonymat. Et d’expliquer, « pour parvenir à l’attestation d’identité, les requérants sont supposés présenter un certificat de nationalité qui aurait pu déjà leur permettre de s’enrôler sans avoir besoin d’une attestation d’identité expresse ».

Lire aussiExclusif / Enrôlement au Plateau : Un « Gros bras » de Sawegnon arrêté, il tentait…

En effet, pour parvenir à l’attestation d’identité, les requérants sont supposés présenter un certificat de nationalité qui peut leur permettre de se faire enrôler sans avoir forcément besoin d’une attestation d’identité.

Notons qu’en janvier 2018, alors que l’Oni était au centre de critiques, le commissaire divisionnaire Soualiho Bakayoko s’était montré particulièrement actif, pour démontrer que le système mis en place par le directeur général Diakalidia Konaté. « Il est impossible d’être dans la base de l’Oni et espérer frauder sur son identité’’, avait-il confié à Fraternité Matin. Il se trouve que six mois plus tard, il est rattrapé par ses propres déclarations. A moins que ce soit un faussaire qui a usurpé son identité et dans ce cas, tout commissaire qu’il est, devrait déjà avoir annoncé des enquêtes, puisque l’Oni et la CEI ont été saisies depuis une semaine, de cette affaire.

Des individus au centre d’enrôlement du groupe scolaire lagune 2 

Nos investigations confrontées à celles de la mairie ont montré effectivement que des individus qui se sont présentés au centre d’enrôlement du groupe scolaire Lagune 2 de Koumassi avec des attestations d’identité établies et délivrées les samedi 23 juin et dimanche 24 juin 2018, à savoir le jour de leur enrôlement et à la limite de la date limite de la fin de l’enrôlement.

Pour preuve, les rapports de la Commission locale de la Commission électorale indépendante (CEI) Koumasssi 3 nous conforte dans notre démarche avec la soustraction de fiches d’enrôlement établies sur présentation d’attestations datées des samedi 23 et dimanche 24 juin 2018.

Lire aussiTentatives de fraudes : Quand le RHDP Plateau alimente les suspicions

Au groupe scolaire Koumasssi nord 2,  nous avons le cas de Dago Dakouri avec son attestation d’identité N° 0018707000179 établie le 24/06/2018 par l’Office national d’identification, il a obtenu son récépissé de recensement  sur la liste électorale le même jour. Ce genre de cas sont légions ; on peut citer Francine Marie Nadège Bieto née le 17/04/1981 à Koumassi de Bieto Soro Léonard et de Darkooh Essi ; attestation d’identité établie, le 24/06/2018 par l’Oni (voir formulaire de recensement électoral) ;

Yapi Sopie Victoire née le 22/08/1984 à Adzopé, de Yapi Jérôme et de N’Guessan Lolo Eulalie, attestation d’identité établie, le 24/06/2018 par l’Oni (voir formulaire de recensement électoral) ;

Copie d'un procès verbal d'audition
Copie d’un procès verbal d’audition

Boro Guiket Diane Andréa Dorcas née le 16/05/1998 à port Bouët de Bioroloilin Roland et de Bieto Nadège Marie Francine  par l’Oni (voir formulaire de recensement électoral); Ouattata Sewele Odile née le 14/12/1988 à Marcory de Ouattara Meguession et de Ouattara Pene, attestation d’identité délivré le dimanche 24 juin 2018 par l’Oni.

Une plainte enregistrée à la Brigade de gendarmerie de Koumassi

Les responsables de la mairie que nous avons rencontrés disent être conscients de machination orchestrée et ont pris les mesures qui s’imposent. « Une plainte enregistrée au numéro 707 du 29 juin 2018 à la brigade de gendarmerie de Koumassi, a permis déjà l’interpellation de deux présumés acteurs de cette opération de fraude », fait savoir un proche de Raymond N’Dohi Yapi.

« Sur intervention de la délégation Rassemblement des républicains (Rdr) conduite par le député Yacouba Sangaré, agissant pour le compte du ministre Bacongo Cissé, les concernés ont été relâchés après leur audition qui ouvre l’enquête sur les commanditaires, complices et bénéficiaires », explique-t-il.

Pour le moment, ni l’ONI dont l’un des hauts responsables est cité, ni la CEI n’ont daigné s’expliquer. Le cas de Koumassi ressemble fort curieusement à celui du Plateau. En dépit des plaintes, la CEI particulièrement épinglée, joue au singe de la légende, à savoir la structure qui ne voit rien, n’entend rien et ne dit rien. Grave pour la démocratie ivoirienne.

Karina Fofana

Exclusif / Tentative de fraudes à l’enrôlement : Des preuves qui impliquent la CEI

 

 

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici