Faux frais à l’école, Fulgence Assi (Fesci) : « Nous avons saisi la Présidence, sans succès »

Assi Fulgence Assi

Violences à l’. , SG de la explique aux environs de 9 heures le mardi 12 septembre 2018, que les étudiants membres de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire () ont assiégé l’espace en face du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Cocody à proximité de l’ d’.

Ils se rassemblaient pour une manifestation contre les frais annexes imposés aux parents d’élèves dans les inscriptions pour l’année scolaire 2018-2019. Aussitôt regroupés, ils ont été dispersés par les forces de l’ordre.

Joint au téléphone, Assi Fulgence Assi, secrétaire général de la FESCI s’est insurgé contre cette réaction qu’il a qualifiée de violente. « Depuis notre dernière Assemblée Générale du samedi 8 septembre 2018, il a été décidé de prendre des mesures pour manifester contre les frais annexes dans les inscriptions des élèves.

A lire aussi : Côte d’Ivoire grève de la Fesci : Violents affrontements étudiants-policiers à l’université de Cocody

Assi Fulgence Assi

Dans cette dynamique, ce matin nous-nous sommes rassemblé pour organiser une marche pour sensibiliser les parents à ne pas payer ses frais de trop. Notons que depuis le début, cette marche s’est voulue pacifique depuis le début. Pendant que nous-nous organisions pour notre marche, la police s’y est invitée, et de façon très violente. C’est cette réaction qui a provoqué toute cette vague de violence.

« Pourtant, notre action se voulait purement et simplement pacifique afin de sensibiliser nos parents. C’est la réaction des policiers qui a fait dégénérer les choses. »

Nous sommes véritablement déçus des agissements de cette police Nationale. Nous le répétons, rien, je dis bien, rien ne présageait de telles violences, aussi bien en dehors que sur l’espace universitaire. Nous comptons six étudiants blessés. Pourtant, notre action se voulait purement et simplement pacifique afin de sensibiliser nos parents. C’est la réaction des policiers qui a fait dégénérer les choses.

C’était pour éviter tout cela qu’avant d’organiser quoique ce soit, nous avions adressé depuis le mois passé des correspondances notamment à la présidence de la République, et au ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique pour attirer leur attention sur cette manifestation sans succès ».

Propos recueillis par Roxane Ouattara

Frais d’inscriptions à l’école : la Fesci veut paralyser le premier jour de rentrée