Fespaco 2019 : 12 productions ivoiriennes en compétition

La 26ème édition du Festival panafricain du cinéma et de la Télévision de Ouagadougou () débute aujourd’hui, dans la capitale burkinabé. Cette édition marque le cinquantenaire de l’événement.

Pour l’occasion, le Comité d’organisation a étoffé le programme. Ainsi, plusieurs temps forts marqueront ce Fespaco. En dehors de son contenu habituel, l’événement s’enrichit d’autres activités. Notamment l’exposition photos et archives qui « permettra aux festivaliers de revivre les grands moments du festival et de percevoir l’évolution des cinémas d’Afrique », la projection de tous les films lauréats depuis la création du Fespaco et bien d’autres.

Concernant la compétition officielle, plusieurs cinéastes du continent et d’ailleurs y prendront part. Parmi eux, 12 Ivoiriens. En compétition pour l’, le duo - propose « ». D’une durée de 105 minutes, cette fiction long-métrage raconte l’histoire de , une femme qui, en apparence, connaît une existence heureuse avec son époux, . Sauf que derrière cette belle vie de façade se cachent des blessures du cœur qui peinent à se cicatriser. Après ») en 1981 et ») en 1993, la Côte d’Ivoire va-t-elle s’afficher une 3ème fois au palmarès du Fespaco, avec Boris Oué et Marcel Sagne ? C’est le souhait de tous.

A lire aussi : Mali : Mort de Seydou Badian, auteur de « Sous l’Orage »

Mais ces deux réalisateurs ne sont pas les seuls représentants de la Côte d’Ivoire à ce Fespaco du cinquantenaire. Dans la catégorie Documentaire court-métrage, Sita Houelefohoua Silué sera en compétition, avec « L’énergie, défi de survie à Nanagoun ». En sélection officielle Documentaire long-métrage, Idriss Diabaté va tenter de rafler le prix avec sa production baptisée « Jean Rouch, cinéaste africain ». Dja Damien Dally, lui, fait partie de la sélection officielle court-métrage avec « Posthume ». Dans la sélection officielle films d’animations, on retrouve Honoré Essoh avec « Seul avec Nubu ».

La Côte d’Ivoire est également présente dans la catégorie Films des écoles. Malick Arnaud Koné et Mohamed Aly Diabaté, tous deux étudiants à Institut polytechnique des Sciences et techniques de la Communication (Istc), ont produit respectivement « Cocktail explosif » et « Les charognards ». Le plus gros contingent ivoirien dans une catégorie loge dans celle des séries télévisuelles. On y retrouve Jean Noël Bah, avec « Bamako », Akré Loba Diby, avec « Blog » et Alain Guikou, avec « Les coups de la vie ».

La dernière sélection officielle dans laquelle on retrouve un Ivoirien est Panorama long-métrage, dans laquelle Adama Coulibaly est en compétition avec « Hakili ». En plus de ces productions, il faut noter la présence d’Emma Lohoues parmi les jurés de l’événement. Avec d’autres professionnels du cinéma, elle contribuera à désigner les lauréats dans les catégories Film d’animation et Séries télévisuelles. Rendez-vous le samedi 2 mars prochain pour connaître les différents lauréats.

E.G

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici