Grand-Bassam : Une marche pro-Ezaley attaquée au lendemain d’une marche sans incidents, des pro-Moulot

Marche à Grand-Bassam des partisans d'Ezaley ce vendredi 21 décembre 2018

C’est la confusion totale à Grand Bassam en ce vendredi 21 décembre 2018. De vives tensions y ont régné à suite à d’une marche organisée par les partisans de Georges Ezaley. Cette marche pacifique organisée par les habitants du quartier France de Grand-Bassam, cité balnéaire au Sud-Est d’Abidjan, avait pour but de protester contre leur exclusion du vote du 16 décembre dernier.

C’est un ras-le-bol des populations de Grand-Bassam, partisans d’Ezaley, le candidat déclaré vaincu à la suite de l’élection municipale partielle du 16 décembre 2018. « Nous étions en train de célébrer un mariage lorsque nous avons vu des jeunes portant des tee short à l’effigie de Jean-Louis Moulot nous attaquer à l’aide de gourdins et de machettes », explique une habitante du quartier France. Et de poursuivre, « dans notre propre village on n’a plus le droit de marcher comme vous ? Vous prétendez avoir gagné est-ce pour autant que vous allez nous tuer ? ».

A lire aussi. Saccage d’urnes dans le fief d’Ezaley à Grand-Bassam, Guikahué : « Ai-je cassé à Gagnoa quand mon candidat a perdu ? »

A en croire une autre habitante, « le préfet de police avait pourtant autorisé notre marche ». « Où est l’Etat de Côte d’Ivoire ? », s’interroge-t-elle. « Cela fait honte, nous regrettons Laurent Gbagbo. Ce monsieur avait raison », s’est-elle indignée. Cette marche selon les organisateurs était une marche « d’indignation face à l’attitude anti-démocratique de Jean Louis Moulot’’, candidat du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) déclaré vainqueur devant Georges Philippe Ezaley, le maire sortant.

Les habitants du quartier France de la cité balnéaire dénoncent leur exclusion du processus électoral et l’attitude des partisans de Jean-Louis Moulot. Notons que cette marche survient au lendemain d’une marche sans incidents organisée par les pro-Moulot.

Maurice Kakou Guikahué, secrétaire exécutif en chef du PDCI-RDA s’était exprimé le mardi 18 décembre 2018 en faveur de la reprise des élections à Grand Bassam suite aux violences qui les ont émaillés.

 « En proclamant les résultats, la CEI a indiqué un collège électoral de 35.474 inscrits alors que le décret convoquant le collège électoral précise que dans la circonscription de Grand-Bassam il y a 42.051 inscrits. De facto et de façon délibérée, la CEI a pris la décision d’exclure de la liste électorale 6577 électeurs  et de déclarer élu le candidat RHDP avec seulement 900 voix de différence.

Le nombre d’électeurs exclus pas la CEI (6577) correspond curieusement à la population électorale dans les trois (3) lieux de vote où l’agressivité des partisans du camp adverse a conduit à la destruction des urnes et du matériel électoral » dénonçait le numéro deux du PDCI-RDA.

Karina Fofana