Grève des enseignants des universités publiques de Côte d’Ivoire pour dénoncer « la mauvaise gouvernance »

La des enseignants des universités publiques de Côte d’Ivoire à partir du 22 mai 2018 vient rappeler les tensions qui couvent dans le milieu universitaire ivoirien.

Les enseignants des universités publiques, centres de recherches, instituts et grandes écoles publiques de Côte d’Ivoire vont observer 3 jours de grève, à partir du 22 mai 2018.

Lire aussiDrame à Koumassi-Remblais : Une élève projetée du 4è étage, son prof-amant fait des…

La décision a été prise par la Coordination nationale des enseignants du supérieur et des chercheurs de Côte d’Ivoire (Cnec), à l’issue d’une Assemblée générale extraordinaire, à l’amphi du District autonome d’Abidjan de l’Université Félix Houphouët-Boigny.

Les points de discordes

Divers points de revendications sont à l’origine de cette décision qui vient réveiller les tensions dans le milieu universitaire. L’Ag a noté la mauvaise gouvernance dans les universités publiques, centres de recherches, instituts et grandes écoles publiques ; les taux horaires inappropriés; la non-tenue de l’installation du Wifi dans lesdites Institutions ; le non-respect du mode de calcul des heures complémentaires 2015-2016 tel que convenu d’accords-parties ; le manque d’équipement des salles de classe (climatiseurs, tableaux, tables-bancs, bureaux pour enseignants).

Lire aussi : Amadou Gon à Ferké : « La Côte d’Ivoire est aujourd’hui la 5è économie du monde

Une grève illimitée pointe à l’horizon

« Si au terme de cette grève, des solutions idoines ne sont pas trouvées et appliquées, une grève illimitée sera observée dans toutes les structures concernées » a averti l’Ag présidée par le secrétaire général de la Cnec, .

Dans la déclaration dont nous avons reçu copie, les enseignants réclament la révocation du président de l’Université Félix Houphouët-Boigny, , sans toutefois donner de précision.

Daloa : Quand des étudiants boursiers portent plainte contre la Fesci pour tentative de racket