Incroyable mais vrai : La Sodeci coupe son eau pour un impayé de 7 FCFA et lui colle une amende de 2185 FCFA

Un compteur d'eau de la Sodeci
Un compteur d'eau de la Sodeci

C’est une histoire invraisemblable, pourtant elle est bien réelle. La Société de distribution d’eau de la Côte d’Ivoire () a envoyé un avis de fermeture d’un compteur, à l’un de ses clients, pour un impayé de 7 FCFA. Vous avez bien lu 7 FCFA. 

La Sodeci ne s’est pas contentée de menacer de fermer son compteur, elle lui a infligé une pénalité de plus de 2 000 FCFA. Au passage, la question de la pénalité, semble-t-il, est un abus, selon certains textes de l’. Bref. De quoi s’agit-il ?

Pour 7 FCFA, la Sodeci coupe son eau
Pour 7 FCFA, la Sodeci coupe son eau

Monsieur Yéo (son vrai nom a été masqué à la demande de notre source) a reçu sa deuxième facture Sodeci de l’année et devrait la régler, au plus tard début mai 2011. Le client habitué à payer ses factures à l’agence, a été frappé par un deuil et a dû quitter précipitamment Abidjan, pour l’intérieur du pays. Cependant, il a pris soin de régler sa facture par Orange Money.

A lire aussi. « Où vont les 12 milliards FCFA de redevance RTI ? » (Député PDCI)

Celle-ci s’élevait à 21 847 FCFA. Le client a alors réglé sa facture, avant la date limite de payement. Sauf qu’au lieu de 21 847 FCFA, il a payé 21 840 FCFA, soit un reliquat de 7 FCFA. C’est l’erreur qu’il ne fallait pas commettre. A son retour à Abidjan, une semaine après, il trouve un avis de fermeture, sous sa porte.

Surprise, la Sodeci lui réclame les 7 FCFA, mais lui inflige une amende de 2 185 FCFA, pour facture impayée. Comme le dirait l’autre, bienvenue en Côte d’Ivoire ! Il est vraiment temps que la question des pénalités de la Sodeci et de la soit posée.

Les 7 FCFA de la Sodeci

En février dernier, le député PDCI avait posé des questions pertinentes à l’assemblée nationale et demandé une information parlementaire, qui est depuis, restée sans réponses, plongée dans la nasse de choses jamais éclaircies, dans la République.

« Je me demande bien à quoi ces 10% de pénalité servent, avait-il questionné. D’autant plus que dans la règle commerciale, on encaisse à quelqu’un ce qu’on lui a vendu comme un service ou une marchandise. La CIE nous vend l’électricité. Quand on n’a pas payé la facture, elle exige 10%. Quel est le service qu’elle vend ? Parce que quand je n’ai pas payé, c’est moi qui paie mon taxi et qui vais à la CIE pour payer ma facture. La CIE ne fait pas un travail particulier pour venir m’encaisser.

Elle n’a pas de sens parce que c’est une taxe qui ne se justifie pas. Donc il faut une information parlementaire pour demander au ministre de l’Énergie pourquoi la CIE nous prend 10%. Puisque ce n’est pas un service qu’on nous vend. Ça n’a pas de sens. C’est une pénalité qui répond à quoi ? Si je n’ai pas payé ma facture, on va venir couper l’électricité et je dois payer les frais de rétablissement, ça, c’est normal parce que la CIE envoie son agent. Puisqu’elle engage des frais pour venir faire la rupture de l’électricité et pour venir remettre mon compteur.

Mais quand je n’ai pas payé et que je me rends à la CIE pour payer, on me prend 10%. Mais non seulement ça, si au bout de trois jours je ne paie pas, on enlève mon compteur. Quand on enlève mon compteur, je paie mes frais de rétablissement et je paie les 10% de pénalité de retard. Je me demande pourquoi. C’est la même chose pour la prime fixe. Pour l’électricité, si je consomme par exemple 10 kw, je paie ce que j’ai consommé. D’où vient-il que j’ai une prime fixe qu’on me fait payer en sus de ma consommation ? Cette prime fixe, elle répond à quoi ? Elle va où ? Elle sert à qui ? »

Elvire Ahonon

Les grandes (in)justices de l’ère Ouattara (acte 3) : Un handicapé ivoirien arnaqué par un Français, la justice complice ?