« Je m’apprêtais à sortir du CFA » : Gbagbo n’a pas dit la vérité, il soutenait le CFA même pendant la campagne électorale

L’ex-chef d’Etat semble avoir été rattrapé par ses déclarations. En effet, dans son livre « Libre pour la liberté et la justice », écrit son histoire politique de la crise ivoirienne, depuis sa cellule de Scheveningen, près de La Haye.

Laurent Gbagbo s’insurge contre le franc CFA. Pour lui, nous bénéficions d’une liberté apparente où nos finances et notre économie est mise sous tutelle, sans poids réel au niveau international, menacés d’être mis à l’amende si nous n’obéissons pas. Le pensionnaire de la affirme avoir voulu offrir l’indépendance de la zone franc à son pays et on l’a empêché d’y arriver.

« Faire bouger les choses, s’opposer au diktat, ce n’est pas facile, ce qui m’arrive en est l’illustration. Nous ne sommes libres qu’en apparence, à l’intérieur de la cage où l’on nous a mis, nos finances et notre économie sous tutelle, sans poids réel au niveau international, menacés d’être mis à l’amende si nous n’obéissons pas », explique Laurent Gbagbo.

« la Côte d’Ivoire avait les moyens de quitter cette dépendance de la zone franc, même seule, et je m’apprêtais à le faire, c’est pourquoi on a voulu m’empêcher de poursuivre ma route »

Et de poursuivre, « un jour, ensemble, nous en sortirons ». Pour lui, « la Côte d’Ivoire avait les moyens de quitter cette dépendance de la zone franc, même seule, et je m’apprêtais à le faire, c’est pourquoi on a voulu m’empêcher de poursuivre ma route ». « Sans nous, et ce que nous représentons économiquement, le franc CFA s’effondre, et avec lui tout l’édifice françafricain », fait savoir Laurent Gbagbo. Dans ce dernier livre, l’auteur se veut très critique vis-à-vis du franc CFA.

Pour lui, il était à l’œuvre pour donner à la Côte d’Ivoire, une monnaie digne au service des Ivoiriens. Il n’a d’ailleurs pas hésité à s’attaquer à la France de Chirac et Sarkozy qu’il accuse d’être à la base de sa chute.

A lire aussi : Libération de Gbagbo : Le faux scoop de l’avocat de Simone Gbagbo

La question qu’on est en droit de se poser est à quel moment, Laurent Gbagbo a pris cette décision de sortir du CFA ? En effet, dans son livre publié lors de la campagne électorale de 2010 dont le titre est: ‘’Bâtir la paix sur la démocratie et la prospérité’’, à la page 198, l’ex-Président écrivait ceci : « aujourd’hui, huit pays dans la sous-région, membres de l’UEMOA, ont en commun la même monnaie, le franc CFA. Grâce à cette expérience, et malgré ses limites, leurs économies savent résister aux chocs extérieurs et intérieurs. Fort de cette expérience, je soutiens que rien ne devrait être entrepris pour saborder la monnaie commune ou l’affaiblir ».

Ajoutant : « Tout au contraire, nos énergies doivent converger vers le renforcement de cet outil pour le rendre plus performant et donc plus attrayant. La cohabitation de cette monnaie commune aux pays de la zone UEMOA avec 4 ou 5 autres monnaies nationales est un handicap au développement rapide de la coopération sous-régionale ».

« Notre objectif doit être d’élargir la zone monétaire à tous les autres Etats de la sous-région », concluait Laurent Gbagbo. Comme on le voit, jamais pendant son mandat, Laurent Gbagbo n’avait remis en cause le CFA. Bien au contraire.

Karina Fofana