Décès à Abidjan à 89 ans, de Jean Konan Banny

Jean Konan Banny
Jean Konan Banny

, frère aîné de l’ex-premier ministre Charles Konan et ancien ministre de la Défense de , est décédé ce dimanche 27 mai 2018, à Abidjan, des suites d’une longue maladie. Jean Konan Banny mort. 

Jean Konan Banny est décédé ce soir à la Pisam de Cocody (Abidjan) où il avait été admis, il y a quelques jours. Cet avocat prospère qui avait fait fortune dans l’exportation de jus de fruits, avait une santé précaire depuis quelques années. Il devrait souffler ses 89 bougies, le 14 juillet prochain.

A lire aussi. Mort de Winnie Mandela : Colère et risée de la blogosphère ivoirienne après une comparaison avec Yasmina Ouégnin

Jean Konan Banny a été un intime de Félix Houphouët-Boigny. Jusqu’à sa mort, ce jour, il occupait une résidence, dans l’immense propriété de celui-ci à . Cependant, ses relations avec le « père fondateur » n’ont pas toujours été au beau fixe.

« Jugé par une cour de sûreté de l’État, hâtivement mise en place à Yamoussoukro, lui et cinq autres personnalités avaient été condamnés à mort »

Alors qu’il était ministre de la Défense, il avait été arrêté en 1963, dans le cadres des ténébreux complots dits du chat noir, des jeunes et des anciens. 95 autres inculpés, dont de hautes personnalités comme , , et Jean-Baptiste Mockey (compagnon de la lutte pour l’indépendance) avaient été déclarés impliqués dans ce complot.

Jean Konan Banny mort

Jugé par une cour de sûreté de l’État, hâtivement mise en place à Yamoussoukro, lui et cinq autres personnalités avaient été condamnés à mort. Quatre ans plus tard, ils avaient tous été graciés et libérés, Houphouët confessant qu’il s’était trompé. Entre-temps, Ernest Boka avait péri dans ce vrai faux complot.

Jean Konan Banny avait été ministre résident du district autonome de Yamoussoukro, sous Henri Konan Bédié. Il était l’un des membres influents du conseil politique du Parti démocratique de Côte d’Ivoire ().

Elvire Ahonon

Banny depuis Yamoussoukro : « Halte aux séparatistes ! »