Journée de la femme : Voici les 3 premières go mécaniciennes patronnes de leur propre garage

L’idée d’un petit garage féminin plein air de . Démarrée depuis quelques temps, l’activité peine à prendre son envol. Malgré le manque de client, la jeune dame ne se décourage pas. Tous les jours, elle enfile sa tenue et part au travail.

Titulaire du BAC ivoirien, c’est sa mère qui l’encourage à embrasser le métier de mécanicien, chose quelle faisait juste pour satisfaire sa mère. Le patron lui confie un jour la réparation dune voiture. Après diagnostic, elle parvient à mettre en marche le véhicule en question.

Le déclic est parti de là. Une carrière de femme mécanicienne est donc née. Humiliation, frustrations, moqueries et dénigrement Esther en a subit dans ce milieu majoritairement homme. Les collègues se disent  » Supérieurs à moi à cause de leur physique et force » nous dit Esther. Elle s’est vu refuser un poste au Mali. Le patron lui a lancé  » les femmes, on les marie, elles font des enfants et s’arrête là. »

A lire aussi : Côte d’Ivoire : Macron réalise une promesse en faveur des femmes du Gontougo

Même les clients femmes, lui lancent souvent  » Depuis quand une femme sait elle faire de la mécanique ? » De toutes ces humiliations, elle s’est dit qu’il faut réussir et se donne à fond dans le travail. Le projet de monter un garage de femmes germe et prend forme. Avec Jeanine et Ange, Esther forme son équipe.

Jeanine a 34 ans et elle s’occupe de la climatisation, Ange a 25 ans et l’électricité est son affaire. Le garage féminin est opérationnel et souhaitent l’ouvrir à d’autres jeunes filles ou femmes qui souhaitent se lancer dans la mécanique.

MAK