La Cosefci et le Synet aux enseignants du primaire et du secondaire : « Resserrez les rangs face aux intimidations »

La Cosefci et le Synet maintiennent le mot d'ordre de grève

La Coalition du Secteur Education Formation de Côte d’Ivoire (), maintient son mot d’ordre de grève jusqu’à l’obtention de la satisfaction des points de revendications.

La Coalition du Secteur Education Formation de Côte d’Ivoire (Cosefci) dont est membre le Syndicat des Enseignants de l’Education Nationale de l’Enseignement Technique et Professionnel () est en grève depuis le 22 janvier 2019 et cette grève porte sur les points suivants :
1. La revalorisation des indemnités de logement des instituteurs et professeurs du secondaire ; 
2. La suppression des cours de mercredi matin dans le primaire ;
3. Le relèvement au double de toutes les primes liées aux examens scolaires en Côte d’ivoire et la rémunération de la surveillance de ces examens ;
4. Le paiement des cinq-cents mille (500 000) francs CFA par enseignants ex contractuel au titre de ses émoluments non perçus de janvier 2014 à mai 2014 et l’intégration à la fonction publique des quatre-vingt-dix-sept d’entre eux radiés en 2014 pour fait de grève ;
5. La suppression de l’emploi d’Instituteurs Adjoints.

A lire aussi : « Grève à relent politique », Pacôme Attaby (Cosefci) répond à Sidi Touré : « C’est de la démagogie »

Ce regroupement de syndicats en lutte porte les revendications d’une corporation, le corps enseignant. Tous les enseignants seront par conséquent bénéficiaires des acquis de cette lutte, enseignants craie en main comme les enseignants détachés au ministère, tout comme les chefs de services du ministère de l’Education Nationale de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle.

Mais jusqu’ à présent les autorités restent sourdes à nos revendications exigeant la suspension préalable du mot d’ordre avant toute discussion sur les différents points objets de la grève sans rien offrir en retour. Pendant ce temps des mesures d’intimidations sont mise en œuvre pour obliger les enseignants à la reprise.


Face aux manœuvres dilatoires orchestrées par les autorités gouvernementales, nous invitons tous les enseignants de Côte d’Ivoire à resserrer les rangs et à être très vigilants pour que, massivement le lundi 04 mars 2019, ils continuent à observer le mot d’ordre de grève et le maintenir jusqu’à l’obtention de la satisfaction des points de revendications.

En tout état de cause le Syenet appelle l’ensemble des enseignants :
– à la sérénité, 
– à faire confiance à la Cosefci,

Abidjan, le 03 mars 2019

Secrétaire général national