Le chef de terre de Mama crache ses vérités à Gon, après sa visite à Gagnoa : « Libérez Gbagbo ! »

le chef de terre de Mama, Joseph Goli Obou a craché ses vérités à Amadou Gon Coulibaly
le chef de terre de Mama, Joseph Goli Obou a craché ses vérités à Amadou Gon Coulibaly

Le premier ministre a effectué une visite dans le département de , au cours de laquelle il est allé dans la sous-préfecture de . Entre promesses et propos de réconciliation, certaines populations sont restées pessimistes notamment , chef de terre de , village natal de . La colère du chef de terre de .

« Je ne me suis pas rendu au meeting à Ouragahio parce que j’étais en deuil. Mais ce qui m’a été rapporté, le premier ministre a évité d’aborder le problème qui nous tient vraiment à cœur. C’est-à dire la libération de notre frère Laurent Gbagbo et de tous les prisonniers politiques ». C’est en ces termes que Joseph Goli Obou s’est confié à Soir Info.

A lire aussi : A Gagnoa, la notabilité bété offre des attributs royaux baoulé au PM Gon

« Si j’avais été à cette rencontre, j’aurais posé une seule préoccupation au premier ministre : Libérez Laurent Gbagbo et tous les prisonniers politiques, et tout ce que vous demandez, la réconciliation, la paix viendront seules », a martelé le chef de terre.

« la population de Mama ne s’est jamais soustraite de la république même si elle n’apprécie pas sa façon dont le pays est conduit »

Se prononnçant sur la promesse de construction du collège de proximité à Mama par Amadou Gon Coulibaly, le chef de terre s’est voulu clair, c’est la concrétisation de ce projet qui lui permettra d’y croire. Pour lui, la population de Mama dont est natif , neveu de Laurent Gbagbo et l’un des membres de l’organisation de la visite, ne s’est jamais soustraite de la République même si elle n’apprécie pas la façon dont le pays est conduit.

Rappelons que premier ministre Amadou Gon Coulibaly au  de Gagnoa avait déclaré, le dimanche 1er juillet 2018 : « La réconciliation des filles et fils de ce pays, et le renforcement de la cohésion sociale que nous appelons de nos vœux ne sont pas pour nous une option. Elles sont une exigence pour l’édification de notre beau pays ».

Prince Beganssou

Des pro-Gbagbo à l’accueil de Gon à Gagnoa, pour « la cérémonie de la grande hypocrisie »