Le Nouveau Réveil à Fraternité Matin : « Un peu de respect pour Bédié ! »

Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara se sont entretenus ce mercredi 8 août 2018
Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara se sont entretenus ce mercredi 8 août 2018

Le Nouveau Réveil (journal proche du PDCI) recadre dans un éditorial, Fraternité Matin (journal pro-gouvernemental) qui, sous le prétexte d’un éditorial de , son directeur général, avait dénoncé , coupable à ses yeux, d’avoir rompu son alliance avec . Editorial Venance Konan.

Le grandissime quotidien gouvernemental, donc journal de tous les Ivoiriens sans exclusive, ne se prive pas le droit de descendre dans l’arène politique, s’adossant à la Case qui veut avaler l’Eléphant pour asséner des coups au Sphinx. Le tort de celui que tous désignaient il y a peu « Un cerveau politique, la source de la sagesse » est d’avoir dit que le regroupement qu’il avait souhaité n’est pas celui qui est mis en place aux forceps.

Eddy Péhé, directeur de publication de Nouveau Réveil
Eddy Péhé, directeur de publication de Nouveau Réveil

Dans la peau de l’adversaire, notre quotidien ne se fait pas prier dans un éditorial au vitriol, de dénoncer, sur la base des rumeurs ou de simples impressions personnelles et d’un faisceau d’indices qui fait penser à la volonté du président du d’être le champion de ce parti à la présidentielle de 2020.

« Sinon, l’histoire récente du pays peut rappeler à tout le monde que c’est parce qu’il est redescendu dans l’arène politicienne que M. Bédié a bien rassemblé pour lancer les bases du RHDP à Paris le 19 mai 2005. »

« Si c’est le cas, est-il raisonnable de chercher à conquérir le pouvoir à 86 ans, lorsqu’on l’a déjà exercé et perdu il y a vingt ans, et que l’on a déjà échoué deux fois à le conquérir ? » Belle interrogation de la part de celui qui, jusqu’en 2011, était vu comme le preux chevalier pour la défense de la démocratie.

A lire aussi : Amnistie des 800 : EDS n’oublie pas ses morts

C’est son opinion, et il a le droit de la donner. Mais cela lui donne-t-il le droit de dénier la raison au président du PDCI-RDA ? Encore que tout ce sermon n’est fait que sur la base d’un faisceau d’indices que nul ne peut aujourd’hui prouver tant que le concerné n’en fait nullement cas. « Quel honneur M. Bédié n’a-t-il pas eu ? S’il n’était pas redescendu dans l’arène politicienne en présidant son parti, s’il était demeuré au-dessus de la mêlée, il serait devenu un grand sage d’Afrique que l’on serait venu consulter du monde entier… ». Ainsi, pour le grandissime journaliste, M. Bédié n’est pas sage pour avoir accepté de présider son parti, le PDCI-RDA. Une grosse injure à l’endroit de l’homme.

Sinon, l’histoire récente du pays peut rappeler à tout le monde que c’est parce qu’il est redescendu dans l’arène politicienne que M. Bédié a bien rassemblé pour lancer les bases du RHDP à Paris le 19 mai 2005. C’est bien parce qu’il est président de son parti que Monsieur Bédié a lancé en novembre 2010 son appel, depuis la Maison du PDCI-RDA, à tous les militants pour voter pour le candidat Alassane Ouattara.

C’est dans sa posture de président du PDCI-RDA, et descendu dans l’arène politicienne que M. Bédié a lancé l’Appel de pour faire de M. Ouattara l’unique candidat du RHDP à réélire. Courait-il après des honneurs ? Tout le monde, y compris ceux qui le vilipendent aujourd’hui, disait qu’il était un visionnaire et un sage.

A lire aussi : Dictature dans le choix de ses candidats : Comment le RDR prépare sa débâcle électorale

Pourquoi n’aurait-il pas le droit de retirer son parti d’un engrenage qu’il n’avait pas envisagé et que l’on veut lui imposer dans la droite ligne de la phagocytose ? D’ailleurs depuis toujours, M. Bédié n’est-il pas consulté par des hommes politiques, des hommes de culture, des scientifiques qu’il reçoit chaque jour ?

« En 2005, quand Bédié lançait les bases du RHDP, quand en 2010, il appelait à voter pour M. Ouattara, quand en 2014, il demandait de réélire M. Ouattara, n’était-ce pas à la future génération qu’il pensait ? »

Quand le fils dit par ailleurs « l’on dit qu’un homme politique agit en pensant à la prochaine élection alors qu’un homme d’Etat le fait en pensant à la prochaine génération. Nous rêvons que M. Bédié agisse pour la prochaine génération. Afin que nous n’ayons pas à pleurer notre pays bien-aimé », on peut se demander qui est au juste cet homme politique qui ne pense qu’à la prochaine élection.

En 2005, quand Bédié lançait les bases du RHDP, quand en 2010, il appelait à voter pour M. Ouattara, quand en 2014, il demandait de réélire M. Ouattara, n’était-ce pas à la future génération qu’il pensait ? En effet, combien de ceux qui occupent des postes aujourd’hui y seraient parvenus si depuis 2005, M. Bédié n’avait pas agi comme il l’a fait pour que le RHDP arrive au pouvoir en lieu et place de la refondation? Notre quotidien national aurait-il aujourd’hui la même direction si la réfondation restait au pouvoir en 2010 ? Non, M. Bédié ne mérite pas un tel traitement, surtout venant du quotidien gouvernemental, dirigé par ce fils connu.

Lequel fils serait sans doute plus sage que son père traité de non sage s’il l’approchait pour lui donner cette opinion publiée. Certes, on peut dire que le père n’écoute pas, mais que nous lui avons dit de bien ? On peut supporter ce qu’il dénonce mais tout de même, ayons un peu de respect pour M. Bédié.

Eddy Péhé

Toute honte bue, la CEI persiste à ouvrir la réception des dossiers de candidature