« Le président de l’assemblée nationale est élu pour un an » : Amon-Tanoh lit-il au moins la Constitution ivoirienne ?

Marcel Amon-Tanoh

a rendu sa démission de l’Assemblée nationale le vendredi 7 Février 2019. Cette démission continue d’animer les passions dont les hommes politiques. Devant une délégation du Conseil de sécurité des nations unies venue à Abidjan, le ministre des Affaires étrangères, a affirmé que le président de l’Assemblée nationale est élu pour un an.

Lors d’une rencontre au palais présidentiel le jeudi 14 février 2019 avec une délégation du Conseil de sécurité des Nations-Unies venue à Abidjan, le ministre des Affaires étrangères, Marcel Amon-Tanoh a abordé la question de l’Assemblée nationale.

« Nous avons assisté également à la démission du président de l’Assemblée nationale. Beaucoup de bruits autour de cette démission, je dirais, pour rien. Le président de l’Assemblée nationale, pour clarifier les choses. (…) est député , il a été élu par le qui détient la majorité absolue à l’Assemblée nationale. Ou bien il démissionnait, ce qu’il a fait, ou bien à l’occasion de la rentrée parlementaire, ne pouvant pas avoir la majorité, il aurait été remplacé par un autre président élu de l’Assemblée nationale», a mentionné le chef de la diplomatie ivoirienne.

Et de s’expliquer : « je veux que vous sachiez également que le mandat du président de l’Assemblée nationale est d’un an. La législature est de cinq ans mais tous les ans, le président de l’Assemblée nationale est réélu ».

Le ministre des Affaires étrangères, Marcel Amon-Tanoh réinvente ainsi les textes de l’hémicycle ivoirien à la grande surprise des constitutionnalistes de ce pays. Jamais, à notre connaissance, un président de l’assemblée nationale n’a remis son mandat en jeu, chaque année. D’autant que cela ne repose aucun texte. D’ailleurs Amon-Tanoh a été incapable de dire le texte sur lequel il s’appuyait.

A lire aussi : Dernière image de Soro après sa démission : Il quitte l’Assemblée nationale au volant de sa propre voiture

Selon l’article 89 de la constitution et le règlement du parlement ivoirien, « La durée de la législature est de cinq ans pour chacune des deux chambres. Le mandat parlementaire est renouvelable.
Les Présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat sont respectivement élus pour la durée de la législature ’’.

C’est donc écrit donc, noir sur blanc : « pour le temps de la législature », soit cinq ans. Nulle part, pour un an. Outre la constitution, il y a aussi le règlement de l’assemblée nationale. Dans son article 5, alinéa 2, le règlement rappelle que ‘’le président du parlement est élu pour toute la durée de la législature’’.

Tandis que les « autres membres du bureau sont renouvelés chaque année’’. Manifestement, le ministre des Affaires étrangères n’a pas bien lu ce dernier article, ou alors il tente de réinventer les textes qui traitent de ce sujet en Côte d’Ivoire.

Karina Fofana