Lycée Sainte Marie de Cocody : « Nos enfants se retrouvent dans les classes sans enseignants… » (parents d’élèves)

Coges Sainte-Marie Cocody
Coges Sainte-Marie Cocody

Face au bras de fer sans précédent entre autorités et enseignants, les parents d’élèves du Lycée Sainte Marie Cocody ont créé un comité ad’hoc afin d’aller négocier avec les enseignants pour la reprise des cours. En grève depuis le 22 janvier 2019, les enseignants de cet établissement d’excellence exigent un statut particulier avant toute reprise.

La restitution de la première partie du comité a eu lieu le mercredi 13 mars 2019 à la chapelle dudit établissement. Dans une salle surchauffée, madame , présidente du Comité de gestion des établissements scolaires () du Lycée Sainte-Marie, « depuis le 22 janvier 2019 nous avons constaté que venant à l’école tous les jours nos enfants se retrouvent dans les classes sans enseignants à l’exception des Conseils d’enseignement (C E) des Sciences de la vie et de la terre (SVT) et Physique-chimie (PC).

La plupart des enseignants de notre établissement ne dispensent pas les cours depuis cette date. Le 28 février, nous avons rencontré avec madame le proviseur les enseignants pour les exhorter à reprendre les cours mais il n’en a rien été ». « Le 4 mars 2019 les parents d’élèves ont mis en place un comité ad hoc dont la mission est de faire en sorte que les cours reprennent au Lycée Sainte-Marie. Au sortir de la rencontre, les enseignants ont demandé de bénéficier de statut particulier du fait que Sainte Marie soit une école avec un statut particulier.

A lire aussi : Katiola : Un bâtiment du Lycée moderne part en fumée, en pleine grève des enseignants

Par ailleurs, un groupe a décidé de faire cours pendant que l’autre suit le mot d’ordre de grève national », a-t-elle déploré. « Pas de redevance de salaire pour ceux qui enseignent au Lycée Sainte-Marie. C’est d’ailleurs un privilège pour eux de travailler ici », a coupé court Augustin Sarr Mass, Directeur de la Direction de l’éducation nationale (DREN) Abidjan 1. Pour lui, « le pourcentage de reprise des cours à ce jour au niveau des 17 établissements secondaires de la DREN 1 est de 68.17 %. Tout le monde est responsable de ce qui est arrivé.

On ne peut pas s’assoir ici et se jeter les pierres. Sachez qu’une année blanche n’est pas envisagée ». Les parents d’élèves préoccupés par la situation de leurs enfants tout en s’en remettant au chef de l’Etat décident, « que le comité ad hoc poursuive son mandat ; ouvrir une lettre dont une partie aux professeurs ; une partie au gouvernement ; une partie au médiateurs religieux ; une partie aux parents d’élèves ; activer la communication à travers l’ouverture d’une page Facebook ; continuer les négociations avec les enseignants ». Notons que depuis sa création en 1962 c’est la première fois que cet établissement ouvert exclusivement aux filles est l’objet d’une grève.

Karina Fofana

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici