Mabri : « Que je sache, la dissolution des partis n’est pas à l’ordre du jour du congrès du RHDP »

Albert Toikeusse Mabri, président de l'UDPCI

L’Union pour la démocratie et et la paix en Côte d’Ivoire () a convoqué un bureau politique ce samedi 22 décembre 2018, à Cocody (Abidjan) pour prononcer son adhésion au congrès du .

Ce bureau politique a été convoqué dans le but de faire le bilan des activités du parti et aussi pour discuter sur la question de la participation du parti arc en ciel au congrès extraordinaire du RHDP du 26 janvier 2019.

A la question de savoir si l’UDPCI disparaîtra à cette date du 27 janvier 2019, a déclaré : « Que je sache le congrès constitutif du RHDP n’a pas à son ordre du jour la dissolution des partis membres du RHDP ».

A lire aussi : Ouest montagneux : Albert Toikeusse Mabri, un leader en perte d’influence (Acte 2)

Et de poursuivre : « Je suis le deuxième vice-président du RHDP. Donc en terme de structuration, je suis au-dessus des présidents de comité d’organisation du congrès et je vous dis que la question de dissolution des partis n’est pas à l’ordre du jour du congrès constitutif du RHDP ».

Pour la président du parti du Général Robert Guéi, « le bureau politique a décidé que notre place est bien au RHDP, que nous devons être au congrès constitutif du 26 janvier prochain. Nous devons poursuivre notre marche avec les autres pour la paix et le rassemblement en Côte d’Ivoire ».

Cette position du ministre Mabri semble un double jeu. De fait, un parti unifié créé par des partis fondateurs, prononce de fait la dissolution de ceux-ci, de sorte que le congrès constitutif n’a pas besoin de spécifier dans son ordre du jour, la dissolution des partis fondateurs.

Jeudi, un mouvement proche de celui-ci avait organisé une conférence de presse pour marquer son opposition à la disparition de l’UDPCI. Manifestement, le double jeu des partis membres du RHDP continue, non seulement avec leurs propres militants, mais avec Alassane Ouattara qui rêve de créer un parti unique de la mouvance présidentielle.

Prince Beganssou