« Majorité wouya wouya » : 153 députés dont 21 PDCI élisent Soumahoro, où sont les 164 députés RHDP annoncés par Ouattara et Gon ?

Le serait en fin de compte une majorité wouya wouya, comme le définit souvent avec humour l’analyste politique ? La preuve en a encore été donnée, lors de l’élection controversée d’ à la présidence de l’Assemblée nationale.

Au stade Félix Houphouët-Boigny du Plateau, le 26 janvier 2019, lors du congrès constitutif du RHDP, voici ce qu’avait déclaré le Président : « Le RHDP , c’est 23 présidents de régions sur 31, pratiquement 80% des régions. Les mairies sont aux deux tiers occupées par les élus du RDHP, nous avons 134 sur 201. Le RHDP, c’est 164 députés sur 253 ».

A lire aussi. Présidence de l’Assemblée nationale : Le RHDP remet en cause le bulletin unique face à l’impopularité d’Amadou Soumahoro

Cette position a été prise par Alassane Ouattara après que son Premier ministre qui influence prioritairement ses décisions, avait annoncé à Grand-Bassam, lors d’un séminaire réunissant des députés majoritairement issus du RDR (l’ d’ ayant boycotté) que le groupe parlementaire RHDP comptait 164 députés.

En définitive, Amadou Soumahoro a été élu par 153 députés alors qu’on s’attendait à 164. Pire, il aurait fallu que la veille, le ministre use de ses talents de négociateur et sans doute de ses moyens financiers, pour obtenir le ralliement de 21 députés issus du , autrement, ce serait 132 députés qui auraient porté leur choix sur Soumahoro, un homme qui est loin de faire l’unanimité au RDR où certains députés à l’issue du séminaire de Grand-Bassam l’ont traité ouvertement de « coupeur de route », dans le sens non littéral mais romancé de l’expression.

Allez savoir ce que cela signifierait. L’on comprend dès lors, pourquoi la machine Ouattara a mis la pression sur le doyen Mamadou Diawara, qui convoitait lui aussi le poste, afin que soit abandonné le bulletin unique. Soumahoro aurait connu un revers certain.

Elvire Ahonon