Mali : IBK veut changer la Constitution, pour quoi faire ?

Ibrahim Boubacar Keïta

Dans un message à la nation, le mardi 16 avril 2019, le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, a annoncé qu’une concertation nationale sur le projet de révision constitutionnelle se tiendrait du 23 au 28 avril.

Cette rencontre va réunir les représentants de toutes les forces politiques et sociales du pays dans une « dynamique d’interaction », a-t-il indiqué. »Les remarques et propositions issues des travaux de ce cadre de concertation seront prises en compte dans l’avant-projet de loi portant révision de la Constitution du 25 février 1992 qui sera adopté en conseil des ministres avant d’être déposé à l’Assemblée nationale », a-t-il déclaré.

Le président malien a insisté sur la nécessité d’un consensus solide pour l’avenir politique, institutionnel et social du .Abordant la situation sécuritaire, il a jugé « inacceptables » les violences intercommunautaires au centre du et a annoncé un fonds d’intervention d’un milliard de francs CFA (environ 1,72 million de dollars américains) en faveur des populations civiles victimes et l’octroi de douze milliards de francs CFA (environ 2,06 millions de dollars américains) aux services sociaux de base.M. Keïta a par ailleurs souligné « la nécessité impérieuse de stabiliser le système éducatif » malien perturbé par une grève des enseignants qui dure depuis bientôt trois mois.

A lire aussi : A Gontougo Simone Gbagbo réclame la libération du général Dogbo Blé

Il a relevé que « les moyens à mobiliser pour l’école sont très lourds et généralement au-dessus des capacités financières de l’Etat ».Le président du Mali a ainsi déclaré avoir demandé au gouvernement de « trouver un point d’équilibre, un terrain d’entente via une négociation intelligente ». En attendant, il s’est engagé à débloquer les salaires des enseignants grévistes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici