Marche des élèves du Lycée classique d’Abidjan sur la RTI : Le « Général Gbagbo » mis aux arrêts et libéré nuitamment

Le secrétaire général de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire ( ) du Lycée classique d’Abidjan, dit ‘’Général Gbagbo’’, en classe de Tle D8 a été arrêté mardi 12 mars 2019 en fin de matinée, par la police, suite à la marche organisée par des élèves devant la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI) à Cocody.

Des élèves du Lycée classique d’Abidjan (plus important et plus ancien lycée publique secondaire d’Abidjan) ont organisé une marche le mardi 12 mars 2019 devant la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI) à Cocody pour réclamer la reprise des cours au gouvernement et exiger que la RTI relaie l’information selon laquelle ils ne vont pas à l’école depuis bientôt un mois, contrairement à ce qu’elle annonce aux téléspectateurs.


Comme il fallait s’y attendre, ceux-ci ont été stoppé dans leur élan par la police venue en grand nombre. Elle n’a pas eu du mal à les disperser à coup de gaz lacrymogène. L’on dénombre plusieurs blessés parmi les manifestants et l’arrestation selon nos sources de Stephen Jemoh dit ‘’Général Gbagbo’’, en classe de Tle D8 secrétaire général de la FESCI du Lycée classique.

A lire aussi : Katiola : Un bâtiment du Lycée moderne part en fumée, en pleine grève des enseignants


« Montrez les vraies images, nous voilà dehors, venez nous filmer, y a pas école. Arrêtez de dire que l’école a repris. On veut aller à l’école », scandaient les manifestants venus pour la plupart du Lycée classique situé à quelques centaines de mètres de la RTI. Après plus de 24 heures de garde à vue, Jemoh a été libéré le mercredi 13 mars, dans la nuit. Il a rejoint sa famille.

Soulignons que les enseignants de cette école présentée comme d’excellence sont entrés en grève, le lundi 11 mars à 8 heures, à la suite d’une AG extraordinaire. Ils dénoncent le manque d’action concrète du ministère de tutelle, avant d’appeler à la cessation immédiate de toute activité pédagogique jusqu’à nouvel ordre.

Karina Fofana

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici