Affaire d’or à l’aéroport : La version peu convaincante de la députée Mariame Traoré

Mariame Traoré, député Tengrela affaire trafic d’or

, députée de Tengréla est au centre d’un scandale de trafic d’or. Accusée d’être en possession de centaines de grammes pris avec des orpailleurs clandestins qui étaient en partance pour le Mali, elle se défend…sans convaincre. député Tengrela trafic d’or.

«Je ne me reconnais pas dans cette affaire. Je ne suis ni de près, ni de loin concernée dans quoi que ce soit. Je suis un député. Je travaille pour Alassane Ouattara. Je suis contre l’orpaillage clandestin. On veut me salir. On ne peut pas faire de la politique en racontant des mensonges sur des gens ». La réaction de Mariame Traoré, députée de Tengréla, ne s’est pas faite attendre.

Image de l’or litigieux à l’aéroport de Korhogo

Soit. Les faits remontent au mercredi 27 juin 2018 aux environs de 10 heures 30. En effet ce jour-là en partance pour l’aéroport de Korhogo sur l’axe Bolona (Tengréla), Mariame Traoré, selon une source proche d’elle, aurait mis en déroute des trafiquants d’or qui dérobaient cette richesse de la région. Seulement voilà, au lieu de confier ce bien précieux à la brigade de gendarmerie de Tengréla, elle décide de rentrer à Abidjan avec « le butin ». Dans l’intention, précise ce proche, de le remettre à l’autorité compétente d’Abidjan avant de regagner son domicile.

Mais à l’aéroport, les versions divergent. Elle aurait été interpellée à l’aéroport avec un sachet blanc à l’intérieur duquel se trouvent trois colis d’or savamment attaché dans des sachets distincts qui pèsent au total 200 grammes.

A lire aussi : Un député RDR pro-Soro crache ses vérités à Kandia Camara : « Sache que tout finira un jour »

A en croire la même source, Mariame Traoré sensible aux différends et conflits entre les populations a joué son rôle de député en intervenant pour empêcher le pire entre les trafiquants faussaires et les orpailleurs qui étaient en dispute. A ce titre, elle aurait demandé à son chauffeur de marquer un arrêt juste après le village Dramani à quelques kilomètres de la ville de Tengrela pour s’imprégner de la situation car se trouvant dans sa zone elle se devait d’intervenir pour protéger les biens et les personnes de sa circonscription.

Le fait d’être députéE lui donne-t-ELLE le droit de se substituer à un agent des forces de l’ordre ?

Mais des questions demeurent. Le fait d’être députée lui donne-t-elle le droit de se substituer à un agent des forces de l’ordre ? Elle  aurait pu et dû alerter la brigade de gendarmerie de Tengréla que de vouloir se rendre à Abidjan avec le colis illicite. L’intention de la député était-elle de remettre le colis au procureur de la république de comme elle avait rassuré le propriétaire ?

Face à cette attitude, le secrétaire général du aurait pris les dispositions depuis Boundiali afin que la députée soit arrêtée sa à descente de l’, une fois à Abidjan. Ce qui fût le cas dans le but de savoir si elle avait une autorisation d’achat d’or, étant donné que la seule structure habiletée est le (). Les jours à venir nous situeront davantage.

Karina Fofana

Une députée RDR prévient : « Le RDR ne quittera le pouvoir qu’en 2050 »