Me Claver N’Dri : « Le centre où vote Ezaley a été attaqué, comment peut-il être l’auteur des casses de ses propres biens »

Me Claver N'dri
Me Claver N'dri

Les avocats du candidat Georges Ezaley, ont animé une conférence de presse le jeudi 27 décembre 2018 à Cocody. Cette conférence co-animée par Me Claver N’Dri et Me , avocats au barreau d’Abidjan avait pour thème :’’violence lors des élections municipales de , critiques et analyses juridiques’’.

A en croire Me Claver N’Dri, « les violences qui ont eu lieu à Grand-Bassam le 16 décembre 2018 sont la mise en œuvre d’une stratégie anti-démocratique savamment préparée, préméditée, préconçue et dirigée contre certains centres de vote en raison de ce qu’ils représentent pour le candidat Ezaley et sa liste ».

« Les bureaux de vote qui ont été saccagés ne l’ont pas été au hasard. Il s’agit d’un gangstérisme inacceptable qui par son mode opératoire entache la sincérité du scrutin parce que les résultats qui en ont découlé et qui ont exclu du décompte plus de 6 500 voix ne reflètent pas le choix fait par la population de Grand-Bassam », dénonce Me Claver N’Dri.

A lire aussi. Kobenan Adjoumani : « Un 3ème scrutin municipal à Bassam est exclu »

Selon l’avocat, « En tenant compte de ces résultats, au final on savait qu’Ezaley allait sortir victorieux des urnes. Lors de l’élection du 13 octobre 2018, Ezaley sort largement vainqueur avec une différence nette de 1 608 voix d’écart entre lui et son adversaire ».

Pour lui, Ezaley ne peut pas être l’auteur des casses. « Les centres de votes attaqués qui comptent quatorze bureaux de vote enregistrent plus de 6 500 électeurs inscrits dont monsieur Philippe Georges Ezaley », faisant allusion aux récentes élections ». Et de s’interroger, « comment peut-il être l’auteur des casses de ses propres bien ? ».

Selon l’avocat, les casses ont été ciblées en prenant l’exemple de l’EPP petit paris de la cité balnéaire. « Sur les quatre bureaux de vote monsieur Ezaley a gagné dans trois bureaux avec plus de 300 voix », dit-il. « Curieusement, ce centre a été attaqué et les procès-verbaux déchirés et emportés. Le procès-verbal de dépouillement du bureau de vote 03 n’a pas été retrouvé à ce jour et le vote n’a pas été comptabilisé », s’insurge Me Claver N’Dri.

Et de conclure, « toute la campagne en cours actuellement ne vise qu’à faire passer monsieur Ezaley pour un fraudeur, un casseur et la personne qui active la violence à Grand-Bassam ».

Me Messan Tompieu fait remarquer que, « 2020 n’est pas loin. Avec de telles attitudes, nous avons froid dans le dos. La Côte d’Ivoire a connu une crise en 2010 il faut que nous ayons tous des attitudes responsables pour éviter une autre crise ».

Karina Fofana