Ouattara répond à Nasseneba Touré et autres agitateurs tribalistes de son camp : « L’Ivoirité est derrière nous »

Le président ivoirien a laissé entendre, dans une interview à diffuser sur RFI, que « l’ » était derrière les Ivoiriens. Une réponse indirecte aux thuriféraires de son propre camp qui tentent désespérément de ressusciter ce concept sur lequel le RDR son parti a bâti sa stratégie politique. Alassane Ouattara et l’.

Dans une réponse donnée au journaliste, Alassane Ouattara répond à propos de la démission du désormais ex-président de l’assemblée nationale : « J’ai beaucoup d’estime pour . C’est un jeune homme que je considère comme un de mes fils. Vous avez, j’en ai beaucoup au niveau de mon parti ».

Sur sa lancée, il a fait un aveu concernant l’Ivoirité, ce concept désastreux créé par , alors chef de l’Etat, et depuis lors, abandonné par ce dernier.

A lire aussi. Nasseneba Touré prise en flagrant délit de manipulation : « Montrez-nous la personnalité politique qui a tenu des propos xénophobes ? »

« Il a été courageux (Soro, NDLR), il a fait un travail important. Il était engagé contre ‘l’ivoirité’ et c’était la chose qui l’a amenée vers moi comme beaucoup de jeunes. Maintenant que ces problèmes sont derrière nous. Évidemment, s’il veut mener une carrière politique conformément à ses convictions politiques qui ne sont pas des convictions libérales sociales, il est libre de le faire », a répondu Alassane Ouattara.

Ces dernières semaines, des thuriféraires de son camp ont tenté, sans grand succès, de ressusciter ce concept, autour duquel le RDR, avait obtenu l’adhésion des populations du Nord. Dans une déclaration au nom des femmes du RHDP, suite aux propos orduriers de la députée (RDR) Mariame Traoré, Nasseneba Touré, sans condamner lesdits propos, ni les regretter, a déclaré, sans le moindre fait, avoir « constaté une résurgence du discours tribaliste, haineux, ethnicisye et xénophobe dans le débat politique, faisant ainsi à nouveau peser sur l’avenir de notre pays une lourde charge de plomb ».

De son côté, l’inénarrable député (RDR) de Bouaké, Charlez Lopez Yayoro a initié une action similaire. « En se contentant d’une vague réthorique sur des termes aussi sensibles, la déclaration des femmes houphouétistes apparaît autant dangereuse en ce qu’elle agite insidieusement le chiffon rouge du tribalisme, de la haine, se l’ethnicisme et de la xénophobie ce qui me paraît fort regrettable », a dénoncé Kouadio Konan Siméon.  

Elvire Ahonon