6 mois sans eau à Niakara, la population en colère : « Émergence d’accord, l’eau d’abord »

A Niakara, les autorités peinent à trouver une solution définitive à la pénurie d'eau, depuis six mois
A Niakara, les autorités peinent à trouver une solution définitive à la pénurie d'eau, depuis six mois

Pénurie d’eau . Six mois sans eau courante. La population en colère : « Émergence d’accord, l’eau d’abord ». Elle descend régulièrement dans la rue pour crier sa colère, alors que les autorités qui ont manqué d’anticipation, continuent d’expliquer, sans apporter de réelles solutions.

"Émergence d'accord, l'eau d'abord"
« Émergence d’accord, l’eau d’abord »

Élèves, fonctionnaires, ménagères, chômeurs… sont sortis le jeudi 26 avril 2018, pour crier, une fois de plus, leur ras de bol face à la coupure d’eau qui sévit depuis six mois à . « On veut de l’eau ! », « Émergence d’accord, l’eau d’abord », clamaient-ils. La tension est montée au sein des populations du fait qu’en plus d’être rare, l’eau quand elle coule, est très sale et donc impropre à la consommation.

A lire aussi. Pénurie d’eau à Bouaké : comment les populations sont exposées aux pandémie

Emile Kouassi Konan, chef de centre de la Société de distribution d’eau en Côte d’Ivoire () de Niakara a expliqué la raison de cette pénurie persistante. A l’en croire, la retenue d’eau alimentant le château d’eau de la ville s’est desséchée en raison de la forte canicule. Une situation qui a contraint l’agent de la station de traitement et de pompage à davantage d’effort qui malheureusement ne permettent pas de satisfaire les besoins en eau potable des populations. Selon lui, contrairement à ce que pensent les consommateurs, la qualité de l’eau de robinet n’est pas affectée. La couleur de l’eau serait donc sans danger sur la santé humaine.

« les mille abonnés de la Sodeci ont donc recours aux anciennes pratiques, aux puits ou aux marigots, s’exposant aux pandémies comme le choléra »

Les autorités préfectorales ont annoncé l’arrivée d’une mission de prospection de l’Office national de l’eau potable (). Celle-ci est annoncée pour le 2 mai prochain. Elles rassurent quant à une solution définitive dans les prochains jours. Solution définitive ? Les populations en doutent. Surtout que l’administration parle de simple « mission de prospection », alors que la pénurie dure depuis un semestre.

Pénurie d’eau Niakara et pandémies

Face au manque d’anticipation de l’administration, les populations ont suggéré quant à elles, le raccordement de la ville au barrage hydro-agricole de Kafiné. Ce village est situé à 18 km au sud de Niakara.

Pour le moment, les mille abonnés de la Sodeci ont donc recours aux anciennes pratiques. Les puits ou les marigots. Elles s’exposent ainsi aux pandémies comme le choléra, la diarrhée, etc. Certains avis pessimistes craignent même un retour du ver de Guinée, éradiqué dans la région, depuis des lustres.

Elvire Ahonon

Pénurie d’eau à Bouaké : « Un barrage ne s’assèche pas en un jour. Que faisiez-vous tout ce temps ? »