Plan d’actions prioritaires 2018 : Objectif non atteint pour Gon sur les « 4 axes majeurs »

Amadou Gon Coulibaly

Le Conseil des ministres a adopté une communication relative au bilan de la mise en œuvre des activités du Plan d’actions prioritaires () à fin novembre 2018. Il en ressort que sur les 4 axes majeurs définis (
renforcement des institutions, transformation de l’économie, amélioration des conditions de vie et promotion de la jeunesse et de la femme) par le gouvernement, aucun n’a été valablement atteint.

Le PAP 2018 a été adopté par le Gouvernement en janvier 2018 avec pour objectifs de maintenir les investissements dans les infrastructures structurantes et les reformes en vue de transformer structurellement l’économie et de renforcer les investissements sociaux pour l’amélioration continue des conditions de vie des populations.

Compte tenu de ces objectifs, le PAP 2018 a été décliné en quatre (04) axes majeures d’activités à savoir le renforcement des institutions, la transformation de l’économie, l’amélioration des conditions de vie et la promotion de la jeunesse et de la femme.

A lire aussi : Gon Coulibaly : Voici l’intégralité de sa conférence sur le social qui a éludé les vraies questions sociales

La majeure partie des activités du PAP programmées sur l’année 2018 a connu une mise en œuvre totale pour certaines et partielle pour d’autres en raison de quelques contraintes inhérentes, au principal, aux effets négatifs de la chute des cours des matières premières, notamment du cacao, de l’hévéa et de l’anacarde, qui se sont traduits, entre autres, par une baisse des revenus agricoles ayant nécessité des ajustements budgétaires pour contenir le déficit en deçà du niveau nominal fixé par le Programme Economique et financier 2016-2019.

L’action gouvernementale en 2019 sera consacrée à la poursuite des actions programmées dans le PAP 2018 entamées et non achevées ainsi qu’à celles qui n’ont pas encore connu un début de mise en œuvre en vue d’améliorer la qualité de vie des Ivoiriens et corrélativement de relever le défi de l’émergence.