Révélation Côte d’Ivoire mauvaise gouvernance : Informé depuis 2016 par Niamien N’Goran, Ouattara a-t-il laissé faire ?

Depuis 2016, Alassane Ouattara reçoit le même rapport sur la mauvaise gouvernance dans les administrations publiques ivoiriennes
Depuis 2016, Alassane Ouattara reçoit le même rapport sur la mauvaise gouvernance dans les administrations publiques ivoiriennes

a reçu ce vendredi 1er juin 2018, au palais présidentiel du Plateau, pour la troisième année consécutive, le même rapport de l’Inspection générale d’Etat () sur la mauvaise gouvernance dans l’administration publique ivoirienne. Depuis 2016, sous Niamien N’Goran, le chef de l’Etat est ainsi alerté, alors que les mauvaises pratiques demeurent. Ci-dessous les extraits du discours de Théophile N’Doli Ahoua, l’, qui dévoile le laisser-aller.

En tant qu’organe supérieur de contrôle et d’audit interne de l’exécutif, placée sous votre haute autorité directe, l’IGE a réalisé, en 2016, trente-neuf (39) missions et, en 2017, quinze (15) missions, soit seule, soit conjointement avec l’Inspection Générale des Finances et les Inspections Générales des Ministères.

A lire aussi. Défait aux législatives à Daoukro, démis par Ouattara à l’IGE , Niamien N’Goran encore candidat

De même, elle s’est attelée à suivre la mise en œuvre, par les services concernés, des recommandations qu’elle a faites dans les missions antérieures. L’Inspection Générale d’Etat a, par ailleurs, entrepris la cartographie des risques dans certains ministères. Cette initiative sera poursuivie pour se donner les moyens de prévenir les difficultés. Comme on le dit souvent, il vaut mieux prévenir que guérir.

Excellence Monsieur le Président de la République

Divers dysfonctionnements ont été relevés au cours des années 2016 et 2017. Vous me permettrez de n’en citer que les principaux. Au plan du fonctionnement des services publics et des structures parapubliques, nos missions de contrôle et d’audit ont ainsi permis de relever, dans de nombreux cas, des dysfonctionnements au niveau des ressources humaines tant quantitativement que qualitativement.

Au plan quantitatif, il est apparu une répartition déséquilibrée des ressources humaines qui conduit bien souvent à des effectifs pléthoriques dans certaines administrations, tandis que d’autres sont en sous-effectif.  Cette situation est encore plus marquée du point de vue de la répartition géographique, notamment à Abidjan par rapport à l’intérieur du pays.

« Ainsi, sur un total de 138 recommandations formulées sur les deux années 2016 et 2017, seules 53 ont été effectivement mises en œuvre, soit un taux de 38,40% »

Au plan qualitatif, on a pu noter un déficit de personnels qualifiés dans de nombreuses structures techniques. Une autre défaillance importante réside dans l’absence de manuels de procédures dans de nombreuses structures. Cette situation constitue une véritable source d’improvisation et de traitement non harmonisés des dossiers.

Elle est également susceptible d’entraîner des retards dans la production et la délivrance des actes administratifs ; toutes choses qui constituent un terreau favorable à la corruption et à la concussion. On peut également regretter que dans bien de structures, les organigrammes existants ne sont pas conformes aux textes réglementaires.

Alassane Ouattara a reçu pour la 3è année consécutive le même rapport de l'IGE sur la mauvaise gouvernance dans l'administration publique ivoirienne
Alassane Ouattara a reçu pour la 3è année consécutive le même rapport de l’IGE sur la mauvaise gouvernance dans l’administration publique ivoirienne

Au plan financier, outre les irrégularités dans les procédures de passation et d’exécution de marchés publics, les missions ont révélé la mise en place tardive des budgets et les fréquentes coupes budgétaires opérées en plein exercice budgétaire, ainsi que les défaillances du Système Intégré de Gestion des Finances Publiques (SIGFIP) qui ne permettent pas un arbitrage adéquat et un ajustement en temps réel entre les dépenses et les recettes.

Enfin, nous voudrions souligner, pour nous en inquiéter, les difficultés que font les structures contrôlées, inspectées ou auditées à mettre en œuvre les recommandations faites par l’Inspection Générale d’Etat. Ainsi, sur un total de 138 recommandations formulées sur les deux années 2016 et 2017, seules 53 ont été effectivement mises en œuvre, soit un taux de 38,40%.

Un autre chapitre important sur lequel nous voudrions insister concerne le traitement des Inspections Générales des Ministères (IGM).  Si nous avons reçu vingt-quatre (24) rapports sur trente-deux (32) structures d’inspection ministérielle, leur examen laisse apparaître deux choses essentielles.

Niamien N'Goran n'a pas encore renoncé à son ambition présidentielle (Ph d'archives)
Niamien N’Goran n’a pas encore renoncé à son ambition présidentielle (Ph d’archives)

D’une part une insuffisance criante de budget alloué, d’équipement, de personnel et de formation. D’autre part, les missions d’inspection, de contrôle et d’audit des activités, qui constituent pourtant leur raison d’être, ne représentent, en moyenne, que 20% des activités dans la plupart des cas ; l’essentiel de leurs activités consiste en de la représentation du Ministre et la supervision des passations de charges au niveau du ministère et des structures et établissements rattachés.

Excellence Monsieur le Président de la République

Dans le rapport qui vous sera remis tout à l’heure, nous avons, en face des dysfonctionnements identifiés, fait une série de recommandations en vue d’améliorer le fonctionnement et la gestion des services et structures.

Vous me permettrez donc ici de m’appesantir sur les deux points suivants que nous souhaitons inscrire comme éléments de perspective. Le premier point concerne l’indispensable mise à niveau et la formation-métier des Inspecteurs et contrôleurs d’Etat, des Inspecteurs des Finances et des Inspecteurs des Ministères.

Par ailleurs, en vue de mieux anticiper sur d’éventuels dérapages, nous suggérons des contrôles et audits beaucoup plus réguliers et à des intervalles beaucoup plus rapprochés. Ce qui nécessitera un effort particulier de renforcement des moyens matériels, humains et financiers de l’Inspection Générale d’Etat, de l’Inspection Générale des Finances et des Inspections Générales des Ministères.

Elvire Ahonon

Gnamien Konan : « Quand la corruption est invincible dans un Etat, c’est que le chef de l’Etat est corrompu »