Scandale au ministère des Transports : Amadou Koné annule la pérennité du permis B, des arguments fallacieux avancés

Permis B en Côte d'Ivoire
Permis B en Côte d'Ivoire

Selon une source proche du ministère des Transports, le est désormais valable pour dix ans. Cette décision, l’a prise de façon unilatérale, pour la simple raison qu’elle n’a pas fait d’objet de communication en conseil des ministres.

La décision qui a commencé à être appliquée par , entreprise chargée de l’édition des permis de conduire, fait partie des décisions impopulaires dont est coutumière ce département ministériel.

Tarifs des permis de conduire en Côte d'Ivoire
Tarifs des permis de conduire en Côte d’Ivoire

Notre source va plus loin pour dire que le ministre Amadou Koné, qu’on annonce comme candidat à la mairie de Bouaké, pour le compte du RDR, s’apprête même à fixer une date buttoir à partir de laquelle tous les permis catégorie B édités avant fin juin 2018 ne seront plus valables.

Les détenteurs du PC B seront donc obligés de se rendre à Quipux pour une nouvelle édition de leur permis. L’objectif caché visé par le ministère des Transports selon notre source est de faire payer chaque dix (10) ans 3500 FCFA pour la visite médicale et 10 100 FCFA pour l’édition soit 13 600 FCFA par détenteur du sésame. Selon les pourfendeurs du ministre qui jusque-là semblait au-dessus de la mêlée générale du « mangement », la décision n’a d’autre sens que de renflouer des caisses de l’Etat, dans un court instant.

Le ministère justifie cette décision par la préservation de vies humaines en réduisant le nombre d’accidents qui est beaucoup élevé. En effet, en seulement deux semaines, l’on a enregistré 1458 accidents de la route en Côte d’Ivoire, selon les chiffres de l’ ().

A lire aussi : Incroyable mais vrai : La Sodeci coupe son eau pour un impayé de 7 FCFA et lui colle une amende de 2185 FCFA

Selon un proche du ministre neveu du premier ministre Amadou Gon Coulibaly, celui-ci justifie aussi cette décision parce que la Côte d’Ivoire serait le seul pays au monde où le permis B est permanent. Un mensonge puisque la règle générale est que le permis B est permanent dans la plupart des pays du monde.

Mais le plus gros mensonge vient de la justification liée aux accidents de la route. Les permis B sont les permis liés aux véhicules de touristes, alors que les plus graves accidents impliquent les véhicules de transport en commun, qui eux, sont régis par le permis toutes catégories. Manifestement, quand on veut créer un « mangement », on trouve toutes sortes d’arrangements.

Il faut espérer qu’Amadou Koné qui semblait être au-dessus du lot des « mangeurs » se ressaisisse en réglant le vrai problème des accidents, qui est celui de l’octroi de permis de conduire, par ses propres services, à des gens qui ne passent pas forcément par la case auto-école.

Karina Fofana 

Mugefci : Mesmin Comoé et son équipe vont augmenter les cotisations des fonctionnaires