Sinaly Silué : Pour son militantisme au RHDP, il est autorisé à rester DG de l’ANAC malgré la limite d’âge

Silué Sinaly DGde l'ANAC
Silué Sinaly DGde l'ANAC

Selon  les autorités ivoiriennes, le départ de George Philippe Ezaley de la direction général de la n’avait rien d’une décision politique. Selon le communiqué du gouvernement, l’ancien maire de Grand Bassam a été appelé à faire valoir ces droits à la retraite. Et pourtant, tout près de la , le DG de l’, qui, depuis trois ans a atteint l’âge de la retraite, reste toujours en activité, du fait de son appartenance au RHDP.

Le gouvernement ivoirien a essayé de mettre fin à toutes les spéculations sur le débarquement de en évoquant la mise à la retraite de ce dernier. Une raison battue en brèche par ce dernier. « J’ai entendu dire qu’on me révoquait comme DG parce que j’étais admis a faire valoir mes droits à la retraite. Je m’inscris en faux. C’est comme s’ils m’ont vieilli en âge  au niveau du conseil des ministres parce que même si je suis dans mon année de retraite, je ne suis pas encore à la retraite. Ça c’est d’un.

De deux, mon employeur c’est la Sodexam . Et à la pratique à la Sodexam , c’est qu’on ne part jamais à la retraite en cours d’année. C’est toujours à la fin de l’année. Trois, en tant que DG, normalement si on regardait cette question d’âge, en tant que manager social, il y a plein d’exemples. Par exemple le DG de l’ANAC, il est à la retraite depuis trois ans, mais il est toujours en activité », a révélé l’ex-maire de .

A lire aussi. Gros camouflet pour Mambé : Les chefs Atchan boycottent l’ouverture du congrès du RHDP en soutien à Ehouo

Dans ces propos le troisième cas évoqué par M. Ezaley nécessite qu’on y revienne. En effet, depuis le 15 juin 2016, le directeur général de l’Autorité nationale de l’aviation civile est sous le coup de la loi qui régit les départs à la retraite en Côte d’Ivoire. Né le 15 juin 1951 à Adjamé, Monsieur Silué Sinaly a soufflé ses soixante cinq (65) bougies le 15 juin 2016. En Côte d’Ivoire l’âge de départ à la retraite est fixé à 65 ans selon le décret N°2012-652 du 11 juillet 2012.

Si le gouvernement se souciait tant du départ à la retraite des travailleurs, depuis 2016, monsieur Silué Sinaly devait faire valoir ses droits à la retraite. Mais que non, l’homme reste à son poste. Une situation qui crée un véritable malaise au sein de l’ANAC. Les agents qui sont admis pour la retraite ont du mal à digérer un courrier de la part d’une personne de 68 ans leur demandant d’aller à la retraite parce qu’ils ont 65 ans.

Depuis trois ans, les agents interpellent le gouvernement sur cette situation. Mais de la présidence au ministère des transports en passant par la primature, tout le monde reste sourd à l’appel ces agents. La crise devient de plus en plus profonde à l’ANAC.  Si aujourd’hui le gouvernement évoque un départ à la retraite pour justifier le débarquement de Monsieur Georges Philippe Ezaley, quels arguments donne-t-il pour justifier le maintien de Silué Sinaly à la tête de l’ANAC ?

Pourquoi ce deux poids deux mesures ? Surtout que le cas de ce dernier est à la base d’une profonde crise au sein de la structure. Toutes ces interrogations jettent un sérieux discrédit sur les raisons évoquées par nos autorités, en ce qui concerne le débarquement de l’ex-maire de Grand-Bassam. En tout cas, le gouvernement gagnerait à corriger cette injustice du maintien en activité du DG de l’ANAC  qui devrait être parti à la retraite depuis trois ans (2016) et qui chaque jour met des agents à la retraite. De ce fait la grogne se fait de plus en plus persistance à l’ANAC.

Jean Christ N’Gotta