Soro étale ses premières incohérences : « Je suis un marxiste, je ne suis pas un marxiste… On m’a chassé, j’ai démissionné »

Une semaine après sa démission de la présidence de l’Assemblée nationale, a convié les médias à une conférence de presse, ce vendredi 15 février 2019, à son domicile de Marcory. Soro conférence de presse.

« On m’a présenté comme marxiste. Je ne suis pas marxiste, je ne suis pas marxiste donc je ne suis pas marxiste. Je vais être précis dans la réponse : je suis démocrate », a déclaré l’ex-président de l’Assemblée nationale devant des dizaines de journalistes.

La veille, dans une une vidéo abondamment relayée, le même Guillaume Soro admettait être un homme de gauche, sans préciser de quelle idéologie précise. « L’homme de gauche que je suis, n’a jamais admis qu’on ségrègue ou qu’on discrimine les citoyens », avait-il déclaré.

A lire aussi. Lu sur le site de Guillaume Soro : « Le style brutal de Ouattara éclate au grand jour »

Mais cette précision marxiste dévoilée par , dans son interview à Jeune Afrique, avait été auparavant éventée dans un article officiellement démenti par le service communication de l’ex-chef de la rébellion, mais jamais démenti auprès de l’organe qui l’avait publié. Preuve que la communication officielle était un écran de fumée.

cette incohérence politique semble avoir prévalu dans la présentation même de sa démission. Alors qu’il soutenait, il y a une semaine, avoir démissionné, c’est une autre version des circonstances de son départ, qui a été servie à , à sa sortie de prison. « Quand tu n’étais pas là, on m’a chassé de la tête de l’Assemblée nationale, donc je ne suis plus président », avait-il lancé à l’endroit de son bras droit qui avait passé un mois en prison, suite à une condamnation à un an de prison ferme, muée en six mois avec sursis, en appel.

Prince Beganssou