Urgent / Primature : Un conseiller de Gon claque la porte et rejoint à nouveau Soro

Amadou Gon Coulibaly et Guillaume Soro

démissionne de la Primature. Conseiller du premier ministre Amadou Gon Coulibaly claque la porte et rejoint à nouveau le camp Soro. Ci-dessous son courrier en date du 11 janvier 2019.

En date du 03 janvier 2018, me faisant honneur de me recevoir, vous m’avez informer que les différends qui vous opposaient au président de l’assemblée nationale, monsieur Guillaume Soro, étaient désormais dissipés. Pour rappel, ces divergences avaient en son temps occasionné mon départ de la primature ainsi que le limogeage de plusieurs autres personnalités proches de ce dernier.

Quelques semaines plus tard, vous m’avez à nouveau reçu pour m’informer qu’une mesure générale de réhabilitation des personnes limogées avait été prise. Vous me demandiez dès lors de reprendre mon poste de conseiller à la primature. Ce que j’ai fait non sans avoir au préalable consulté le président de l’assemblée nationale.

Depuis ce moment, j’ai régulièrement et loyalement accompli ma mission de conseiller, tout en espérant nuit et jour, au cours de ces longs mois, voir se dénouer cette situation, qui compromet gravement la cohésion au sein de notre famille politique.

A lire aussi : Un proche de Soro met en garde Ouattara : « En réalité, tu as dans ta poche, que de serpents venimeux »

Jusqu’à ce jour, je constate avec amertume que les autres personnalités limogées n’ont pas été rétablies dans des fonctions. Par ailleurs, l’apaisement annoncé ne s’est pas réalisé; bien au contraire, les divisions semblent ‘exacerber et le climat de suspicion s’en est trouvé même aggravé.

Dans ces conditions, je n’ai d’autre choix que, de rejoindre mes compagnons encore sous sanction, afin de partager notre destin commun. C’est donc pourquoi, je vous remets par la présente ma démission de mes fonctions de conseiller du premier ministre. Tout en vous réitérant mes remerciements, je vous prie de croire, excellence monsieur le premier ministre à l’assurance de ma très haute considération.

Alphonse Soro