Abengourou: un conflit évité à Aniassué entre le proviseur du lycée et la population

Un conflit entre les populations d’Aniassué à  et le proviseur du lycée a été évité grâce à la médiation du Sous-Préfet Amaman Yapo.

En conflit avec le proviseur du  Kanté Ousmane depuis la rentrée scolaire, 2018-2019, une horde de parents d’élèves a décidé tôt lundi matin de déloger le proviseur de son bureau et demandé son départ. L’intervention prompte de la brigade de gendarmerie d’Aniassué a permis d’exfiltrer celui-ci pour le mettre en lieu sûr. 

Lors de la réunion de médiation en présence du commandant de la compagnie de gendarmerie d’Abengourou, les populations ont reproché au premier responsable du lycée d’Aniassué sa gestion et sa propension  à instaurer un climat délétère, intimider et menacer parfois même à domicile  des professeurs et des parents d’élèves.

LIRE AUSSI: Jean-Louis Billon: « évitons de faire de notre jeunesse des étudiants en conflit avec le savoir »

Le porte-parole des populations Brou Valentin a confié que le lycée avec 1800 élèves a fonctionné durant les deux premiers mois de l’année scolaire  avec seulement 25 enseignants titulaires  avant l’arrivé récente de 11 enseignants contractuels alors que l’établissement a un besoin de 56 enseignants. Suite aux grèves répétitives des élèves, tous y compris le proviseur du lycée ont convenu au cours d’une réunion en présence du Sous-préfet, d’une cotisation trimestrielle de 2500 F CFA par élève à payer à la sous-préfecture pour intéresser les enseignants vacataires  recrutés par les acteurs de l’école, et payer les heures supplémentaires des professeurs. 

« Contre toute attente le proviseur a demandé que les enseignants vacataires soient remerciés parce qu’ils n’ont pas selon lui le niveau requis et que les frais annexes soient versés au lycée », a fait savoir le porte-parole Brou Valentin. 

LIRE AUSSI: A Jacqueville, la population marche contre la pénurie d’eau et les factures d’électricité élevées

« Ce n’est pas vrai, je pense qu’il s’agit d’un problème de personnes », a rétorqué le proviseur du lycée Kanté Ousmane qui estime que la dénonciation de la mauvaise gestion du  () serait à l’origine des griefs portés sur sa personne.

Le Sous-préfet d’Aniassué Amaman Sylivie a déploré pour la tentative des populations de déloger le proviseur du lycée. « Ce n’est une bonne image c’est une démarche à proscrire, à ne plus recommencer et que l’on ne porte pas atteinte à l’intégrité physique du proviseur du lycée », a prévenu le sous-préfet d’Aniassué qui a invité tous les acteurs de l’école à suivre la voie de la loi et à s’accorder pour mettre en application les dispositions arrêtées pour apporter une solution aux problèmes du lycée d’Aniassué. 

Personnalités liées avec l’article