Affi, candidat en 2020 ?: Nady Bamba, la 2e épouse de Gbagbo, fera tout pour réduire à néant ses ambitions présidentielles

Quelles sont les chances réelles de succès d’Affi N’Guessan s’il était candidat à la présidentielle de 2020 ? Une analyse ses atouts et faiblesses.

Affi N’Guessan en 2020

Il a été ancien président de la mutuelle de développement de Bouadikro, son village. Également, ancien maire de Bongouanou, ex ministre de l’industrie et ex 1er ministre. Mais aussi ancien vice-président de l’international socialiste. Il est depuis 2016 député de Bongouanou s/préfecture et a été élu en 2018 président de la région du Moronou.

Le président du , élu en 2001 et réélu en 2018, est arrivé en 2ème position lors de la présidentielle de 2015. Plus que jamais il croit en ses chances et a déjà annoncé sa candidature en 2020… si Gbagbo n’y va pas. Quelles sont ses chances réelles de succès ? Analysons.

A – FAIBLESSES

1 – la dissidence du FPI

Normalement la fronde devrait constituer un électorat captif pour tout candidat du FPI. Malheureusement, avec l’extradition à la CPI et la condamnation à 20 ans de prison de Gbagbo en Côte d’Ivoire la dissidence interne apparaît comme une terre sans maître où les autres partis et candidats , , Soro, Koulibaly… vont faire leur « marché électoral ». L’appel à l’unité du FPI de son président n’est toujours pas entendu et cet électorat déterminant pourrait donc lui échapper.

2 – le manque de moyens financiers

La présidentielle de 2015 a clairement montré qu’il ne dispose pas d’une fortune personnelle. Or, nulle ne l’ignore, l’argent est souvent dans nos pays pauvres, plus qu’ailleurs, le nerf de la guerre. Une campagne présidentielle n’est pas sérieusement envisageable avec moins de 10 milliards de FCFA, face au pouvoir RHDP assis sur les caisses de l’Etat, de Soro, debout sur « d’inavouables rentes financières » et à la puissance financière de certains cadres du Pdci. Rien ne laisse présager pour l’heure qu’il disposera approximativement des ressources financières nécessaires à une campagne d’envergure nationale.

LIRE AUSSI: Blé Goudé: « je veux discuter avec Ouattara »

3 – L’activisme de certains proches de Gbagbo

Nady Bamba, la 2e épouse de Gbagbo, ferait mains et pieds pour réduire à néant les ambitions présidentielles de Affi. De nombreuses sources concordantes affirment qu’elle serait, avec le gendre, le sulfureux Stéphane Kipré, le “commando invisible” et l’arme fatale du RHDP pour casser le président du FPI au profit du candidat du pouvoir. Nombreux sont ceux qui aujourd’hui au sein de la population ivoirienne restent persuadés que c’est de ces deux-là que le RHDP tire son assurance qui lui permet de déclarer que « 2020 c’est géré et bouclé ».

L’influence que ces deux personnages ont sur Gbagbo est indiscutable. Or, c’est un secret de polichinelle qu’ils ne portent pas Affi dans leur cœur. Ce sont d’ailleurs leurs relais sur la toile qui, bien que n’étant pas membres du FPI, enveniment la situation et sont les plus virulents dans leurs attaques et intoxications contre le président du FPI. Il est donc fort probable qu’ils continueront à peser de toute leur influence auprès de Gbagbo pour qu’il ne reçoive pas Affi.

4 – l’absence des réseaux sociaux

Privilégiant le terrain, il est très peu présent, par lui-même, sur les réseaux sociaux, sa communication est donc davantage institutionnelle. Or, de nos jours, les réseaux sociaux sont un passage obligé et un lieu où se forge l’opinion publique. S’il ne se décide pas rapidement à s’y investir personnellement il risque d’y être sérieusement devancé par ses principaux concurrents.

LIRE AUSSI: Mamadou Koulibaly pourrait faire un score assez honorable au 1er tour en 2020: voici ses chances

B – ATOUTS

1 – une expérience politique avérée

Sa longue carrière et son expérience politique aux plus hautes fonctions de l’Etat font de lui un homme des grands dossiers de l’Etat, ce qui indiscutablement lui confère une stature d’homme d’Etat.

2 – Un brillant technocrate

S’il y a une chose que tous ceux qui ont eu à le côtoyer, de près ou de loin, retiennent de lui c’est qu’il est brillant. Aussi à l’aise sur les questions politiques que juridiques ou économiques, cet ingenieur télécom, diplômé de la plus prestigieuse école de télécommunication de France, sort du lot des enseignants, théoriciens, qui abondent au FPI. Ce n’est donc pas un hasard s’il a toujours été le 1er choix de Gbagbo depuis l’opposition jusqu’au pouvoir lorsqu’il s’est agi d’occuper les plus hautes responsabilités politiqus ou administratives.

3 – Son programme de gouvernement ultra moderne

Alors que certains candidats battent campagne sur le thème de la victimisation, d’autres sur celui de l’anti impérialisme ou de thèses neo xénophobes lui s’est préparé à aller devant les électeurs avec un programme de gouvernement attrayant qui s’articule autour du développement inclusif de la Côte d’Ivoire, de la lutte contre la pauvreté, de la cherté de la vie et du chômage. Un programme qu’il dévoilera bientôt et qui tranche avec les discours creux, haineux, propagandistes ou utopiques de certains candidats.

LIRE AUSSI: Mamadou Traore, le pro-Soro aux GOR: « celui qui a gagné l’élection de 2010 s’appelle Alassane Ouattara »

4 – une équipe soudée autour de sa candidature

Il a autour de lui une équipe soudée de politiciens et de technocrates de haut niveau qui travaillent de concert afin de lui permettre d’atteindre l’objectif de la reconquête pacifique du pouvoir en 2020. Ce sont notamment, entre autres, les ministres , , , , , , , ainsi que de nombreux professeurs d’université et dirigeants d’entreprises…

5 – Son ouverture d’esprit et son humilité

Il est résolument pro Côte d’Ivoire. Il n’est donc pas dans les logiques insurrectionnelles, de coups d’Etat ou de révoltes. Son credo c’est le dialogue politique républicain avec tous les acteurs politiques concernés. C’est ce qui l’a conduit à proposer les États Généraux de la République (EGR) comme solution en vue de régler les problèmes qui mettent à mal la cohésion sociale et nationale. Son humilité lui permet de présenter des excuses là où l’égocentrisme démesuré de certains les en empêche.

LIRE AUSSI: 2020 en Côte d’Ivoire: les prêches contre les « boussoumani » ont déjà commencé dans les mosquées

6 – sa parfaite connaissance du pays

Depuis les années 90, en véritable homme de terrain, il ne fait que parcourir villages et hameaux où il anime de nombreux meetings, sans jamais lire un discours préparé d’avance. Cet homme éloquent connaît donc parfaitement la Côte d’Ivoire, ses peuplades, ses régions, ses cultures et ses traditions. Il n’existe aucune localité du pays, y compris en zone rurale, où on ne connaisse le nom Affi Nguessan.

7 – Un homme intègre et de consensus

Personnellement, il jouit d’une image d’homme de paix, de réconciliation et d’intégrité absolue. Cette image rassurante et son discours récurrent en faveur de la réconciliation nationale fait que son accession au pouvoir suprême ne serait pas perçue par les uns et les autres comme une menace de vengeance, de revanche ou de chasse aux sorcières mais comme un nouveau départ pour la Côte d’Ivoire.

8 – un impressionnant réseau relationnel à l’international

Il est l’ami personnel de nombreux chefs d’Etat et de gouvernement occidentaux et africains qu’il rencontre assez régulièrement, de façon discrète. Il est très souvent consulté par les organisations internationales et les chancelleries étrangères en Côte d’Ivoire sur la situation politique, sociale et économique du pays.

LIRE AUSSI: 6 novembre 2004: « Quand Blé Goudé sauve Gbagbo et la Côte d’Ivoire »

9 – Excellente condition physique

À 66 ans, en plus d’être assez élégant et frais, la plupart du temps habillé en costume, ce sportif passionné de Scrabble, de jogging et de football jouit d’une parfaite santé mentale et physique. Cela lui permet d’animer quotidiennement au moins 4 meetings, sur plusieurs semaines sans discontinuer. C’est un atout qui tranche avec la condition physique de certains candidats octogénaires ou septuagénaires qui sont bien souvent obligés de s’assoir pour espérer tenir le coup.