Affoussy Bamba à Yamoussoukro : « Avez-vous déjà vu des étrangers développer quelque chose pour vous ? »

Invitée à une cérémonie ce samedi 8 décembre 2018 à Yaoussoukro, l’ex-ministre  de la communication, ,proche du président de l’Assemblée nationale a affirmé que son mentor sera candidat en 2020. Nous vous proposons quelques morceaux choisis.

Soro est député de Ferké, il est président de l’Assemblée nationale. Qu’est-ce que tu peux y faire ? Rien. C’est comme cela et tu ne peux rien y changer. Il faut que nous-mêmes en soyons convaincus. Les questions qu’on peut se poser sont : est-ce qu’il va être candidat ? A la limite on ne doit pas se poser ces questions. Bien sûr qu’il va être candidat. Cela ne fait pas l’ombre d’un doute, c’est une certitude.

« Prendre notre destin en mains, cela veut dire penser au pays, à la mère patrie, penser à développer ce pays pour nous-mêmes parce que personne ne le fera à notre place »

Soyez tranquilles, dormez tranquilles. Je n’ai même pas de problèmes. Qu’on le veuille ou non, 2020 arrivera. Allons-y en 2020, nous allons nous voir dans ce pays, c’est tout. Maintenant la question qu’on doit se poser c’est de dire qu’on va en 2020, mais quand on va en 2020, il faut que la Côte d’Ivoire change. Il faut que les populations profitent enfin des produits des bénéfices de ce qui est engrangé dans le pays. Ce n’est pas normal qu’on dise que la Côte d’Ivoire est bien et nous ne voyons rien.

A lire aussi : 3è mandat : « Faux, la nouvelle Constitution ne remet pas les compteurs à zéro pour Ouattara » (Affoussy Bamba)

Trouvez-vous cela normal ? C’est de cela qu’il s’agit. Pour qu’en 2020, nous puissions en profiter réellement, il faut que nous soyons bien préparés. La chance ne sourit qu’aux esprits bien préparés cela veut dire qu’il est temps qu’il est temps de prendre notre destin en mains. Prendre notre destin en mains, cela veut dire penser au pays, à la mère patrie, penser à développer ce pays pour nous-mêmes parce que personne ne le fera à notre place.

Avez-vous déjà vu des étrangers développer quelque chose pour vous ? Non, donc le pays compte sur vous-même, sur chacune et chacun d’entre vous. La question est de se dire qu’est-ce que nous pouvons apporter à notre pays. Chacun en fonction de sa spécialité doit pouvoir se dire voilà ce que je pense. Je suis enseignant, je vais bien enseigner pour préparer les esprits et en retour j’attends de l’Etat qu’il me paye correctement.

Je suis fonctionnaire je travaille dans l’administration, je dois bien travailler pour qu’en retour l’Etat puisse me payer. Je ne veux pas faire les choses parce qu’on m’a donné de l’argent, parce qu’on m’a corrompu. Non, je fais les choses pour le bien de mon pays. Parce que mon enfant peut profiter de ce que je fais. C’est de cela qu’il s’agit.

Retranscription Prince Beganssou

Le deal Bédié-Soro se précise : Une rencontre « la semaine prochaine » entre les deux hommes