2025, « si Ouattara annonce son retrait, cela ouvrirait la voie à une lutte interne au sein du RHDP pour désigner un successeur »

Conseil des Ministres ivoirien le 17 avril 2024
Conseil des Ministres ivoirien le 17 avril 2024© Crédit photo Service communication Présidence de la République de Côte d'Ivoire

Le Président Alassane Ouattara, leader influent et respecté de la Côte d'Ivoire, s'apprête à s'adresser un discours à la nation le 18 juin prochain.

Cette intervention est attendue avec une grande anticipation, surtout à l'aube de la présidentielle de 2025. Plusieurs analystes sociopolitiques, dont moi-même, se penchent sur les indices et les récents développements qui suggèrent que Ouattara pourrait envisager de se retirer de la course présidentielle. Explorons cette hypothèse et ses implications potentielles pour le paysage politique ivoirien.

Le RHDP, le parti au pouvoir, n'a pas organisé de convention pour désigner officiellement son candidat pour 2025, une décision inhabituelle qui mérite d'être soulignée. À la place, une grande réunion des cadres du parti a exprimé le souhait que Ouattara soit le candidat naturel du . Cependant, cette décision n'est pas gravée dans le marbre, et Ouattara a publiquement affirmé à plusieurs reprises son désir de céder la place à une nouvelle génération de leaders.

La mort récente de l'ancien président Henri Konan Bédié et la situation actuelle de Laurent Gbagbo, qui malgré son activisme, reste une figure controversée, ont profondément modifié le paysage politique ivoirien. Un retrait stratégique de Ouattara pourrait non seulement pacifier les tensions internes au sein du RHDP, mais aussi affaiblir les arguments des opposants du PPA-CI de Gbagbo, qui utilisent la perspective de la candidature de Ouattara comme un motif de mobilisation.

Sur la scène internationale, un quatrième mandat de Ouattara pourrait être perçu comme un recul démocratique, particulièrement dans un contexte où plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest font face à des crises politiques et des coups d'État. Les récents voyages diplomatiques du président Ouattara suggèrent qu'il est bien conscient des attentes et des pressions internationales. En choisissant de ne pas se représenter, il pourrait renforcer la stabilité régionale et améliorer l'image de la Côte d'Ivoire à l'international.

La CAN 2023, organisée avec succès par la Côte d'Ivoire, a été un événement fédérateur pour la nation. Après un tel succès, un retrait de Ouattara pourrait être vu comme un acte de sagesse et de générosité, offrant une fin honorable à son mandat. Cela pourrait également marquer une transition pacifique et préparer le terrain pour une nouvelle génération de leaders politiques.

La rédaction vous conseille

En analysant ces éléments, plusieurs scénarios se dessinent. Si Ouattara annonce son retrait, cela ouvrirait la voie à une lutte interne au sein du RHDP pour désigner un successeur. Ce nouveau candidat pourrait être quelqu'un de plus jeune, incarnant le renouvellement souhaité par Ouattara lui-même. Il aurait ainsi respecté sa parole. Cela pourrait également encourager une compétition plus équitable et apaiser les tensions politiques, tant au sein du parti qu'avec l'opposition.

Le retrait de Ouattara pourrait également être vu comme un calcul stratégique visant à désarmer l'opposition. Sans la figure emblématique de Ouattara dans la course, les militants du PPA-CI de Gbagbo pourraient perdre une partie de leur motivation, rendant la campagne de 2025 moins polarisée. Ce geste pourrait également permettre au RHDP de renforcer sa position en présentant un candidat de compromis, capable de rallier un large éventail d'électeurs.

Enfin, alors que le discours du 18 juin approche, les spéculations vont bon train. pourrait très bien choisir de se retirer de la course présidentielle, il en a l'option et les moyens. Ce geste qui serait perçu comme un acte de grande sagesse politique et de dévouement envers la nation. Une telle décision pourrait non seulement stabiliser la scène politique ivoirienne mais aussi marquer une nouvelle ère de leadership. Notre souhait serait qu'il emprunte cette voie. Cependant, seul l'avenir nous dira quelle direction Ouattara choisira de prendre, mais une chose est sûre : le 18 juin, tous les regards seront tournés vers lui, dans l'attente d'une annonce qui pourrait redéfinir l'avenir de la Côte d'Ivoire.

Ahouman Gaël Lakpa Analyste Sociopolitique et Écrivain Ivoirien.

Les derniers articles sur YECLO

Written by YECLO.com

Coupure d'eau dans des quartiers d'Abidjan

Coupure d’eau dans plusieurs quartiers d’Abidjan ce mardi 4 juin 2024

Alassane Ouattara, président de la République de Côte d'Ivoire

Alassane Ouattara : les enjeux de son discours à la Nation devant le Congrès le 18 juin 2024