Amnistie : Mamadou Koulibaly pointe les 3 erreurs de Ouattara

L’ex-président de l’assemblée nationale , se prononce sur l’actualité politique suite à la libération des 800. Vous trouverez ici de larges extraits de ses propos. prisonniers politiques.

L’ancien député d’ s’interroge pourquoi après la libération de certains prisonniers politiques, on a le sentiment que le vent de la réconciliation n’a pas pris en Côte d’Ivoire. Pour lui, cela est dû au fait qu’Il y a encore beaucoup de rancœurs, des peurs, des angoisses. Et d’ajouter que si tout ceci est ressenti, c’est parce qu’il y a trois choses qui n’ont pas été réalisées correctement dans cette dynamique, parce que, les choses ont été faites de façon précipitée.

A lire aussi : « Prisonniers politiques », Mamadou Koulibaly à Ouattara : « Simone et Lida ont tué combien d’agents de l’Onuci ? »

Étayant ses propos, il a affirmé : « Première chose, nous ne sommes pas passés par une loi à l’assemblée nationale discutée par les députés avec l’opinion à l’extérieur qui suit les débats au sujet des victimes d’abord. Elles ont été victimes de toutes les parties qui ont contribué à cette crise postélectorale. C’est le désarmement, le DDR pour récompenser certains, emprisonner d’autres et amnistier ne donne pas forcément satisfaction dans le cœur de chacun ». En outre, il a clamé que vu que dans chacune des familles, chacune des régions, il y a des des victimes, il aurait fallu faire un débat.

Ensuite, abordant la deuxième chose qui selon lui est une erreur, une faute grave, il a soulevé le problème de la rébellion qui, en dépit des enquêtes autant internationales que nationales qui ont établi que les parties en conflit ont commis des crimes, seule une partie à été punie au détriment de l’autre. Pire la première citée a été récompensée. De ce fait, ces derniers se demandent ce que sera leur sort après le changement du régime dans la mesure où l’amnistie ne parle pas d’eux.

« Il aurait fallu une loi pour discuter globalement de tous les intervenants de la crise  électorale. Et de voir comment purger, quel mot adresser aux victimes, quelle remontrance faire aux rebelles et puis quel réconfort apporter à ceux qui sortent de prison parce que, cela fait beaucoup de traitements illégaux », a déclaré Mamadou Koulibaly.

« Si on veut la décrispation, il faut parler des victimes, il faut rassurer tous ceux qui ont commis des crimes et qui n’ont pas encore été punis et qui pensent qu’il peut y avoir vengeance à leur endroit »

Terminant sur la troisième chose, il a parlé des militaires encore en prison qui n’ont fait qu’exécuter les ordres des civils. « Vous dites que ce sont les civils qui sont coupables pour avoir conduit certaines opérations, vous amnistiez les civils et maintenez les militaires qui ne sont que des exécutants. Que vont-ils penser ? », s’est-il interrogé.

Enfin, l’ancien ministre de l’Economie et des finances, a invité les autorités à libérer les militaires ou alors à les capturer tous et à les incarcérer : «  Si nous voulons qu’elle s’achève avec cette dynamique, il vaut mieux libérer les militaires ou alors attraper tous les militaires et les mettre en prison. Ce qu’on ne peut pas. Si on veut la décrispation, il faut parler des victimes, il faut rassurer tous ceux qui ont commis des crimes et qui n’ont pas encore été punis et qui pensent qu’il peut y avoir vengeance à leur endroit et les militaires en prison, il ne faut pas leur faire du tort ».  Car, il faut être équitable dans le traitement des autres, a-t-il conclu.

Prince Beganssou

« C’est inadmissible que le député des Abbey s’appelle Bictogo » : Ce que Lida a dit exactement

 

Personnalités liées avec l’article