Après l’arrestation manquée de Guillaume Soro, voilà les scénarios que redoutent les Ivoiriens

L’arrestation manquée de Soro Guillaume en Espagne continue d’alimenter les débats en Côte d’Ivoire et fait craindre le pire par les Ivoiriens.

En 1999, Bedié a lancé un mandat d’arrêt international contre Ouattara, son opposant principal, pour faux et usage de faux sur la nationalité le contraignant à l’exil. Interpol avait été également activé contre lui. Ce dernier venait d’annoncer sa candidature à la présidentielle de 2000. Bédié a arrêté également plusieurs lieutenants de ce dernier qu’il a fait écrouer à la Maca pour trouble à l’ordre public dans le cadre de la loi anti-casseur que Ouattara a pris en 1992 contre l’opposition alors qu’il était le tout puissant Premier Ministre d’Houphouet.


En 1999, les Ivoiriens avaient tous peur pour les échéances de 2000 où le PDCI d’alors croyait que tout avait été bouclé et géré pour ces échéances. Le climat délétère de l’époque a amené les militaires à s’inviter dans le débat politique. Et cela provoqua ce que cela provoqua.

Après l'arrestation manquée de Guillaume Soro, voilà les scénarios que redoutent les Ivoiriens

En 2019, à un an des élections présidentielles de 2020, le même scénario est en train de se mettre en place. En effet, devenu l’opposant principal de Ouattara, vient lui également d’annoncer officiellement sa candidature à la Présidence de la République.
Sans avoir le courage de lancer officiellement Interpol contre lui,on a fait débarquer Interpol, dans des conditions opaques, dans l’hôtel où il logeait à Madrid pour tenter de l’arrêter et de l’humilier. On a fait annuler son visa pour les Etat-Unis en le faisant passer aux yeux des autorités américaines pour un terroriste.

LIRE AUSSI: Soro fait des révélations après son arrestation manquée en Espagne

On a refusé de lui délivrer un passeport ordinaire. Chose dont il a pourtant droit.
Plusieurs de ses partisans sont actuellement écroués à la Maca. Comme en 1999, les Ivoiriens redoutent les échéances électorales de 2020. Comme en 1999, les partisans du pouvoir disent que tout est bouclé et géré.

Guillaume Soro, d’habitude stoïque, n’a pas caché lui-même ses craintes pour 2020 lorsqu’il s’est prononcé sur la composition de la CEI. Il a trouvé que cette CEI comportait les germes d’une déflagration future. Les tenants du pouvoir annoncent des sanctions sévères contre tous ceux qui tenteront de déstabiliser le régime. Cette menace du pouvoir n’est également pas faite pour rassurer les Ivoiriens puisque c’est ce même discours qu’ont tenu les dirigeants du FPI à la veille de l’attaque du 19 Septembre 2002.

LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire: ce qui attend Ouattara s’il écarte Bédié et Soro de 2020

Allah, je Te prie d’éviter à mon pays le scénario de décembre 99 et même celui de septembre 2002 car tous les ingrédients relatifs à ces scénario sont en train de se mettre en place. Ayant vécu la mauvaise expérience de la venue des militaires au pouvoir, je ne crois pas que les Ivoiriens veuillent revivre cette amère expérience. Surtout que ceux qui souhaitent au fond d’eux un tel scénario ne seraient pas les gagnants si ce scénario se répétait.

Après l'arrestation manquée de Guillaume Soro, voilà les scénarios que redoutent les Ivoiriens

Rappelons nous que le RDR ainsi que son Président ont applaudi la venue des militaires au pouvoir en décembre 99. Rappelons nous également que le RDR a été la principale victime de leur venue au pouvoir. Que ceux qui pensent donc à un scénario militaire se souviennent de ce que le RDR a subi sous le régime de papa Roméo. Je rappelle que jusqu’à présent, à tort ou à raison, le Président du RDR est accusé par ses pourfendeurs comme l’initiateur de ce coup d’État de décembre 99. Ce coup d’État qui ne lui a pas été favorable.

LIRE AUSSI: Mamadou Traore: « s’il n’y avait pas eu la guerre des héritiers Bedié et Ouattara, nous n’aurions pas connu le premier coup d’État »

Je demande donc à tous les Soroistes d’avoir la foi. De garder leur sérénité face à la situation que vit leur mentor vis à vis du pouvoir en place. Que tous ceux d’entre eux qui rêvent à un tel scénario catastrophe de la venue des militaires déchantent. Guillaume Soro n’est plus dans ce schéma de coup d’État qu’on veut lui attribuer. Il veut se donner une autre image d’homme politique. Il veut mettre derrière lui son passé de rebelle et recouvrir le manteau d’homme d’Etat flirtant au quotidien avec la démocratie.

Arrestation manquée de Soro

A nous les Soroistes, restons sereins. Guillaume Soro vous demande de l’être car il est très serein bien que préoccupé par la dictature rampante qui est en train de s’installer dans son pays. C’est pourquoi il vous demande de vous inscrire massivement au GPS afin de vous donner les moyens de chasser par les urnes ce pouvoir vomis par la majorité silencieuse des ivoiriens.

LIRE AUSSI: El Hadj Mamadou Traore: « En votant le RHDP en 2020, ce serait prendre un billet payant pour l’enfer »

Un coup de force nous ramènerait en arrière et nous aurons perdu le peu d’acquis démocratique que nous avons obtenu depuis la rébellion de septembre 2002. Inch-Allah, 2020 réservera des surprises désagréables aux urnes à ceux qui pensent que tout est bouclé et géré. Avec cette CEI déséquilibrée, nous pourrons surprendre l’adversaire.

Pas question pour nous de boycotter l’élection présidentielle de 2020 car c’est à cela que veulent nous amener nos adversaires. Nous nous appuierons sur leur instrument pour les battre aux urnes. Vous pouvez compter sur Guillaume Soro et nous car nous avons décidé de faire la politique autrement avec le GPS.

Personnalités liées avec l’article