Bédié: « le budget de l’Etat ivoirien pour 2020 est déficitaire », voici l’intégralité de son discours

, le jeudi 14 novembre 2019 lors d’une réunion du Bureau politique du PDCI, s’est prononcé sur le budget de l’Etat ivoirien pour 2020.

C’est un agréable plaisir pour moi de vous retrouver ce jour, en l’espace de quatre mois, en session du bureau politique, après celle du 27 juin 2019. Au cours de cette session, j’ai rappelé dans mon discours d’orientation la mise en œuvre méthodique et parfaite des résolutions du 6èmecongrès extraordinaire de notre parti. Cette action collective nous a permis de consolider la stabilité de notre parti, d’organiser et de poursuivre, avec lucidité, ses activités.

Chers membres du bureau politique,

nous devons considérer, désormais, que la stabilité, la pérennité et la marche harmonieuse de notre parti ne peuvent plus être perturbées par ceux-là mêmes qui étaient porteurs du regrettable projet de sa liquidation. Pour preuve, le magnifique et historique meeting du 19 Octobre 2019, tenu à Yamoussoukro, en hommage au Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY, a confirmé la vitalité légendaire de notre parti.

En effet, lors de ce meeting, notre mobilisation exemplaire a drainé plus de un million deux cent mille militants et sympathisants, selon la technique de calcul utilisée par les spécialistes de dénombrement des foules. Ce nombre impressionnant de militants mobilisés et joyeux a fait perdre toute sérénité aux tenants du parti unifié, qui la main sur le cœur, continuent de clamer à tort, qu’ils disposent de plus de 3 750 000 militants. Ils refusent d’admettre la réalité du terrain qui est à notre avantage.

Ils finiront par s’y résoudre.

Aujourd’hui, nous pouvons affirmer que leur désillusion est grande et leur enthousiasme s’éteint progressivement à chacune de leurs timides sorties où ils ne cessent de convoyer de vrais faux militants pour espérer tromper l’opinion tant nationale qu’internationale, comme ce fut le cas récemment à Paris et à sinfra. Chers membres du bureau politique, le parti unifié RHDP ne mobilise pas et n’est pas capable de bonne gouvernance dans la gestion des affaires publiques.

LIRE AUSSI: Koné Kobali répond à Adjoumani: « ce qui n’est pas mortel pour nous, peut-il l’être pour Soro ? »

Les preuves, à cet effet, abondent avec l’attribution de marchés de gré à gré, aux personnalités politiques de premier rang du parti unifié RHDP, au mépris des règles élémentaires de bonne gouvernance qui régissent l’attribution, par une saine concurrence, les marchés publics. Au surplus, que pouvons-nous attendre de ce gouvernement qui est incapable de réaliser les projets et programmes de développement qu’il s’est lui-même volontairement imposé ?

Que deviennent ces nombreux projets ; notamment ceux relatifs à la construction attendue :

1- des 50 000 logements sociaux à loyer modéré;

En réponse, l’on a assisté aux destructions de logements dans des quartiers précaires, sans que les pauvres populations déguerpies ne soient relogées. Certains, pour ‘‘ les plus chanceux ‘’’, ont trouvé refuge dans des endroits inédits, tels que les cimetières. Est-ce ça l’émergence à l’horizon 2020 promise pompeusement au peuple ivoirien, à travers les Programmes nationaux de développement ! À deux mois et demi de 2020, ils n’en parlent plus. Dommage !!

2- de 15 nouveaux tribunaux de première instance, de 13 maisons d’arrêt et de correction, d’un nouveau palais de justice pour abriter le tribunal de première instance d’Abidjan et la rénovation de l’ensemble des tribunaux existants; et ce pour répondre à la problématique d’une justice indépendante, impartiale et efficace. Ces projets n’ont jamais vu le jour.

Comment une justice qui fonctionne dans des conditions inacceptables peut-elle dire le droit efficacement ? En clair, si notre appareil judiciaire manque d’efficacité, peut-elle être à la fois indépendante et impartiale? Aussi, nous devons nous interroger sur la capacité du régime en place à œuvrer pour la réconciliation nationale.

LIRE AUSSI: « La Côte d’Ivoire est devenue riche, mais n’a pas d’argent pour organiser les élections de 2020 »

Cette question devrait nous interpeller, car ce gouvernement a été incapable de promouvoir une démocratie de tolérance et d’efficacité, telle que contenue dans son programme d’actions prioritaires. En lieu et place de cette noble action, attendue de tous les ivoiriens épris de paix, le pouvoir RHDP unifié instrumentalise, sans cesse, le pouvoir judiciaire pour condamner et emprisonner, arbitrairement, des honnêtes citoyens qui refusent d’adhérer à ce parti.

Vous convenez avec moi que notre démocratie est menacée et nos libertés piétinées et bafouées.
Nous avons la solution pour en sortir et bâtir, dans l’union un État de droit, une nation forte, digne, prospère et respectueuse des droits humains.

Ce faisant nous devons nous mobiliser davantage et préparer sereinement et efficacement le scrutin présidentiel du 31 Octobre 2020 et l’emporter, haut les mains, pour faire triompher la démocratie en Côte d’Ivoire.

Cette mobilisation est une exigence impérative pour l’instauration d’un nouvel ordre économique et social profitable à l’ensemble des populations vivant en Côte d’Ivoire.

En effet, chaque jour qui passe, l’on constate une paupérisation de plus en plus accrue dans les villes et campagnes de la Côte d’Ivoire.

Le gouvernement RHDP unifié est incapable de solution face à la misère généralisée sur tout le territoire national.

Cette misère est visible à chaque rentrée scolaire et universitaire.

Des centaines de parents d’élèves, des élèves et des étudiants démunis ne cessent de nous solliciter pour un soutien financier.

Ce phénomène de la paupérisation, constaté à Daoukro, est également vécu sur toute l’étendue du territoire national, malgré un accroissement exponentiel de la dette publique.

Le stock de cette dette, ramené à 2214 milliards de francs CFA en 2012 après une réduction d’environ 4090 milliards de francs CFA à fin 2012, s’élève à fin décembre 2018 à 11 607,77 milliards de francs CFA, soit un accroissement de plus de 5 fois du stock de 2012 !

De même, au titre de l’exercice budgétaire 2020, le gouvernement dans l’incapacité de mobiliser des recettes fiscales conséquentes, a adopté un budget déficitaire de l’ordre de 1428 milliards de francs CFA, qu’il vient de soumettre aux parlementaires.

Ce triste tableau, de l’endettement croissant et de l’incapacité avérée de l’Etat à optimiser les recettes publiques, indique que la qualité de signature de l’Etat se dégrade significativement.

LIRE AUSSI: 2020: « et si Bedié, Gbagbo et Ado confrontaient leur bilan »

En effet, ayant sollicité, en mars 2019, un prêt de 500 milliards de francs CFA auprès des banques internationales pour financer partiellement le déficit budgétaire 2019, le pouvoir RHDP n’a pu collecter que 300 milliards de francs CFA.

Chers membres du bureau politique, nous devons nous inquiéter pour les mois et années à venir, car le pouvoir RHDP a atteint ses limites en matière de gouvernance de la chose publique.

J’invite le groupe parlementaire du PDCI-RDA à exiger, comme je l’indiquais en début d’année lors des échanges des vœux de nouvel an à Daoukro, une présentation de l’état de la nation par le Président de la République, comme le prévoit la constitution.

Cet exercice démocratique s’impose comme une impérieuse nécessité d’informer les ivoiriens sur l’utilisation faite des deniers publics.

-Vu la faiblesse du niveau des recettes publiques à couvrir les dépenses publiques,

-Vu l’accroissement exponentiel du stock de la dette, essentiellement alimenté par un recours continu aux euro obligations pour des montants très élevés,

Quelles sont les capacités du pouvoir exécutif en place à garantir aux ivoiriens une bonne gestion des finances publiques? Et payer la dette intérieure ?

Chers parlementaires du PDCI-RDA, membres du bureau politique, voilà votre feuille de route pour l’année qui s’achève.

Au regard de tous ces faits inquiétants, qui nous invitent à un sursaut national pour sauver notre République, je voudrais vous dire que j’entrevois, toutefois, avec beaucoup de bonheur l’avenir de la Côte d’Ivoire, dès notre retour aux affaires en octobre 2020.

Soyez rassurés, le projet de société et le programme de gouvernement 2020-2025 que nous allons proposer, dans les mois à venir, aux ivoiriens répondent parfaitement à leurs légitimes aspirations.

Ainsi, chers membres du bureau politique, notre mobilisation réussie du 19 Octobre dernier à Yamoussoukro doit nous déterminer, plus que jamais, à organiser efficacement la marche harmonieuse et glorieuse de notre parti pour le bien de notre nation.

Je voudrais vous féliciter individuellement et collectivement d’avoir réussi ce pari historique.

Oui !!! Je suis heureux et fier de l’engagement, de la loyauté et de la détermination dont vous avez su faire preuve ce jour.

A l’endroit des partis politiques frères qui ont participé à nos côtés , avec enthousiasme et beaucoup de joie , à ce meeting, je leur adresse également mes vifs et chaleureux remerciements et leur exprime mon entière disponibilité à œuvrer à la consolidation de la plateforme non idéologique qui nous unit désormais depuis le 06 Novembre dernier.

Chers membres du bureau politique, je voudrais rappeler qu’au regard de l’actualité socio-politique, nous devons demeurer mobilisés, soudés, unis et solidaires dans l’exécution des tâches qui nous incombent.

LIRE AUSSI: « Le PDCI qui a fait massacrer 5000 Guebie peut-il dire qu’il n’a pas de sang sur les mains ? »

En effet, il nous faut affronter toutes les situations d’adversité créées, artificiellement, par le pouvoir exécutif et les tenants du parti unifié RHDP, dans l’optique de nous affaiblir, nous démobiliser afin de nous détourner de notre objectif essentiel.

Comme je l’indiquais, lors de ce rassemblement grandiose et historique, nous ne devons ni fléchir, ni avoir de crainte face :

-aux intimidations en tous genres exercées sur certains de nos valeureux et dignes cadres, victimes de limogeages des fonctions publiques et autres représentations au sein des institutions de la république,

-aux décisions iniquesd’une justice aux ordres du pouvoir exécutif qui ne cesse de condamner illégalement notre personnel politique, notamment les condamnations arbitraires de Noël Akossi Bendjo et N’DRI Kouassi Valentin ,

-aux arrestationset condamnations arbitraires, comme c’est le cas du vice-président Jacques MANGOUA.

Je voudrais saluer, ici, la mobilisation exemplaire de nos militants, nos délégués et l’ensemble du personnel politique de la région du GBEKE et ceux venus d’ailleurs qui ont manifesté, pacifiquement, leur indignation devant le palais de justice de Bouake, lors de la tenue du procès du Vice-Président Jacques MANGOUA.

Je leur adresse mes sincères félicitations pour ce soutien militant à l’endroit du Vice-président Jacques MANGOUA, expression d’une solidarité agissante.

A nos valeureux et intrépides militants de Bouake et plus particulièrement aux blessés de Djebonoua, je leur adresse mes compassions émues, tout en leur souhaitant un prompt rétablissement.

Par ailleurs, je m’incline respectueusement devant la dépouille du jeune Romaric tombé au champ d’honneur et salue, au nom du parti, sa mémoire, tout en adressant mes sincères condoléances à sa famille.

Chers membres du bureau politique, ces derniers événements nous interpellent sur l’urgente nécessité de notre résistance permanente et notre cohésion face aux dérives du régime en place pour amplifier nos actions communes sur le terrain.

Dans cette veine, je vous invite à agir, conformément à l’expérience qui caractérisent notre parti, avec promptitude et célérité dans l’exécution des tâches contenues dans le programme d’activités présenté par le Secrétaire Exécutif en Chef du parti.

Nous avons le devoir impérieux d’exécuter chacune de ces tâches et de nous mobiliser davantage car d’autres défis plus importants nous attendent.

Ces défis sont :

1-le suivi des actions judiciaires relatives aux diverses condamnations injustifiées de nos militants, rappelées plus haut,

2-la conduite des plaintes à l’encontre du parti unifié RHDP, pour usage frauduleux de notre logo, telle que l’action judiciaire en cours devant les tribunaux français,

3-la poursuite de la gestion efficiente du recours introduit par les groupes parlementaires, dont le PDCI-RDA, auprès de la Cour Africaine des Droits et des Peuples pour obtenir la reprise des négociations pour une réforme profonde et consensuelle de la nouvelle Commission Electorale en charge des élections.

Cette commission, mise en place unilatéralement par le gouvernement, qui n’est ni consensuelle et ni impartiale, ne garantit pas des élections transparentes et crédibles en Côte d’Ivoire,

4-la poursuite de l’ensemble des diligences du parti, telles qu’elles ressortent de la présentation des activités que vient de faire le Secrétaire Exécutif en Chef du parti.

Sur ce dernier point, j’attache du Prix à l’exécution des activités suivantes:

1- la poursuite et l’intensification des activités conjointes, d’une part avec les partis de notre plateforme CDRP et d’autre part avec les partis membres de la plateforme EDS, partenaire du PDCI-RDA.

2- la poursuite, dans toutes les délégations, des opérations d’adhésion de nouveaux militantes et militants, démarrées depuis novembre 2018;

3- l’incitation des membres des instances du parti et du personnel politique de la base à s’acquitter de leurs droits d’adhésion et des cotisations annuelles, à l’effet de permettre le reversement des ristournes qui reviennent au financement des activités de chaque délégation;

4- le démarrage, dans les meilleurs délais, dans toutes les délégations du parti, des opérations d’identification de nouveaux majeurs, militants et sympathisants du PDCI-RDA, tout en prenant soin de les aider à obtenir leurs cartes nationales d’identité pour leurs inscriptions sur les listes électorales;
5- la formation du personnel politique local chargé de la préparation de l’identification des militantes et militants sur les listes électorales et de la conduite et la supervision des élections;

6- la finalisation, également dans les meilleurs délais :

  • des opérations d’identification et d’immatriculation de l’ensemble du personnel politique du PDCI-RDA sur tout le territoire national,
  • du projet de plan de communication en liaison avec les agences de communication de notoriété internationale, qui nous soutiennent ,
  • du projet de programme de gouvernement du parti pour la période 2020/2025, prenant en compte les aspirations profondes des populations ivoiriennes, conformément aux orientations majeures contenues dans les livres blancs de chaque zone politique,
  • du projet de budget de financement de la campagne présidentielle, tenant compte des ressources propres du parti provenant des cotisations effectives des militants et des divers dons reçus ou à recevoir.

Mesdames et Messieurs les membres du Bureau Politique, le compte-rendu du résultat de l’ensemble de ces activités vous sera soumis au prochain bureau politique, soit pour information, soit pour adoption.

En effet, ce bureau politique aura, essentiellement, pour objet la préparation, la convocation et la définition des modalités de l’organisation de la convention d’investiture de notre candidat à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020.

Pour la conduite diligente de l’ensemble de ces activités, je propose au bureau politique de bien vouloir accepter la désignation de Monsieur Maurice KAKOU GUIKAHUE, Secrétaire Exécutif en Chef du parti, en qualité de Coordonnateur de l’organisation de notre prochaine convention.

Je note que les applaudissements nourris, qui me parviennent, marquent votre approbation !!

Je vous remercie, chers membres du bureau politique.

Monsieur le Secrétaire Exécutif en Chef du parti votre tâche essentielle est de nous proposer pour examen et adoption, lors du prochain bureau politique du 19 décembre 2019:

– le thème de la future convention,

– la date de la tenue de celle-ci,

– les différentes commissions à mettre en place, chargées de la préparation et de l’organisation effective de ladite convention.

Par ailleurs, en termes d’orientation du choix du thème de la convention, je vous exhorte à privilégier les valeurs qui ont toujours caractérisé notre action publique et politique ; à savoir:

– la sagesse légendaire, à nous léguée par Félix HOUPHOUET-BOIGNY, Père fondateur de la Côte d’Ivoire moderne qui nous a toujours inspiré dans l’examen et la résolution des grandes questions de la vie de notre nation.

Voilà, Chers membres du bureau politique du parti, les quelques recommandations et orientations que je vous soumets pour examen et adoption.

Personnalités liées avec l’article