« Bienvenue en Côte d’Ivoire, pays de la déresponsabilité permanente » (ASK)

Comme à son habitude, le lanceur d’alerte André Silver Konan dénonce la passivité des structures publiques, en charge d’enlever les véhicules qui encombrent les voies pour le simple fait qu’ils n’y ont pas d’intérêt. Déresponsabilité des dirigeants.

Regardez bien cette image. Elle est le symbole parfait de la déresponsabilité qui, tel un vicieux cancer, est en train de tuer le corps de la gouvernance publique en Côte d’Ivoire. C’est un véhicule qui a cramé, on le voit tous.

Le problème que je pose ici n’est pas celui de savoir pourquoi et comment ce véhicule a pris feu. Je m’intéresse à une problématique simple : pourquoi cette carcasse est là ? Vous l’aurez reconnu, nous sommes bien, sur le célèbre d’Abidjan. Cette carcasse est là depuis six jours. Je répète : six jours ! Ce genre de scène, on en voit régulièrement sur les voies publiques dans notre cher pays.

A lire aussi : Inondations mortelles à Abidjan : André Silver Konan accuse

Je vous assure que si vous avez le malheur de tomber en panne, sur ce même boulevard, au bout d’une heure de temps, souvent moins, vous verrez des gens se pointer avec une remorqueuse, pour mettre en fourrière votre véhicule.

Mais alors, pourquoi les entreprises chargées de dégager les voies obstruées sont-elles si pressées d’enlever les véhicules en panne et sont subitement portées disparues, quand le véhicule a brûlé ? Pour une raison toute simple : le propriétaire du véhicule en panne met la main à la poche, mais celui du véhicule calciné ne voit aucun intérêt à payer pour sa voiture qui a brûlé et c’est tout à fait compréhensible.

« Il suffit de regarder la convention qui lie le district à la . C’est écrit noir sur blanc. « Enlèvement des véhicules, automobiles accidentés, en panne ou immobilisés, ainsi que des objets ou marchandises encombrant la voie publique »

Le problème n’est donc pas le propriétaire du véhicule qui a brûlé, mais ceux qui sont payés à enlever tout véhicule immobilisé. C’est ici qu’intervient la déresponsabilité (c’est un néologisme) publique.

La CID qui a remplacé la est portée disparue, le district ne voit rien, la mairie aveugle. Bref. Les autorités et structures publiques sont devenues myopes, je dirais même frappées de cécité. Et pourtant, la voie est obstruée, cela crée des embouteillages, les policiers voient, les agents de la voient, la CID voit, le district d’Abidjan voit. Mais personne n’ose prendre ses responsabilités. Quand il n’y a pas d’argent à gagner dans l’opération, plus personne n’est responsable. Et pourtant, quelqu’un doit bien être responsable de cet enlèvement.

Il suffit de regarder la convention qui lie le district à la CID. C’est écrit noir sur blanc. « Enlèvement des véhicules, automobiles accidentés, en panne ou immobilisés, ainsi que des objets ou marchandises encombrant la voie publique ». « Objets encombrant la voie publique ». C’est écrit noir sur blanc, je répète. Bienvenue en Côte d’Ivoire, le seul pays au monde où personne n’est responsable de rien, quand il n’y a plus de quoi à boire et à manger. Pitoyable !

3è mandat de Ouattara, après la mise au point de Bacongo : Les 3 précisions d’André Silver Konan

Personnalités liées avec l’article