Candidat RHDP Méagui : Qui est Souleymane Zebret, ex-occupant du mont Peko ?

Souleymane Zebret ici avec Guillaume Soro du temps de la rébellion des Forces nouvelles
Souleymane Zebret ici avec Guillaume Soro du temps de la rébellion des Forces nouvelles

La liste des candidats aux élections municipales d’octobre 2018 du RHDP a été publiée le dimanche 26 août 2018. A Méagui, un nom attire l’attention des tous. Souleymane Zebret : un homme très controversé.

Souleymane Zebret fut le président du Conseil représentatif des occupants du parc du Mont Peko, une forêt classée dans l’ouest ivoirien. Répondant à la question sur la situation du parc en 2014 il confiait ceci au Faso.net : « là-dessus, il n’y a aucune ambiguïté. Seulement, à la faveur de la crise armée en Côte d’Ivoire, beaucoup de personnes, fuyant les zones hostiles, se sont retrouvées dans ce parc où elles se sentaient plus ou moins en sécurité.

Selon le journal burkinabé à qui il s’est confié et qui l’a présenté comme un membre influent de la communauté burkinabé en Côte d’Ivoire, les occupants du mont Péko (fief du chef de guerre Amadé Ourémi autrement baptisé le boucher de Duékoué) étaient majoritairement des Burkinabè. En effet, une mission conjointe Burkina Faso-Côte d’Ivoire, effectuée au cours du mois de mai 2014, a révélé que les 99% de cette population sont des Burkinabè.

A lire aussi : Un parti politique exige « des enquêtes crédibles » après le meurtre d’un pro-Soro à Korhogo

Capture de presse sur Souleymane Zebret

« Ces personnes qui s’y sont installées ont créé des plantations et y vivent, avec femmes et enfants, dans plusieurs campements », avait confié Souleymane Zebret. Et d’ajouter, « Nous avons donc décidé de mettre sur pied le Conseil représentatif des occupants du Mont Péko qui est légalement constitué de telle sorte à pouvoir plaider pour un déguerpissement à visage humain. Nous pensons qu’il faut donner du temps à cette population de s’organiser ». Le journal Burkinabé ‘’Mutations’’ dans sa parution N° 133 d’août 2017 et les réseaux sociaux, le présente aussi comme un capitaine qui aurait combattu au sein des Forces nouvelles (FN) « Une armée composée essentiellement d’anciens rebelles, peu formés et mal entraînés.

« Souleymane Zebret avait été cité en 2017 dans l’affaire des six tonnes d’armes retrouvées au domicile de Souleymane Kamagaté alias Soûl To Soûl »

Souleymane Zebret, lors d’un meeting des occupants du mont Péko

Les conditions de leur enrôlement dans la rébellion de 2002 ne permettaient pas effectivement la constitution d’une armée professionnelle. Il s’agit du commandant Zakaria Koné qui a longtemps séjourné à Ouagadougou suite à ses divergences affichées avec Soro, d’un officier, le Capitaine Souleymane Zebret et le sergent Kouma. Ils sont tous des forces nouvelles et connaissent très bien Ouagadougou ».

Nom de guerre : Capitaine Souley

Souleymane Zebret avait pour nom au sein de la rébellion Capitaine Souley. L’on ignore d’où il tient son grade. Est-ce un grade qu’il a obtenu au sein de l’armée burkinabé de Blaise Compaoré, comme le soutiennent ses détracteurs ou est-ce un grade fantaisite que lui a donné un chef de guerre, du fait de ses états de service ? Difficile de trancher.

Une chose est certaine, Souleymane Zebret avait été cité en 2017 dans l’affaire des six tonnes d’armes retrouvées au domicile de Souleymane Kamaraté alias Soul To Soul, directeur du protocole de Guillaume Soro. Il avait été entendu par le procureur comme seizième témoin dans cette affaire.

Certains, du fait de ces coupures, l’accusent d’être un burkinabé mais ses proches estiment qu’il est bel et bien ivoirien, d’autres encore qu’il a été naturalisé, il y a moins de dix ans, ce qui le rendrait inéligible vis-à-vis de la loi. Après le poste de conseiller municipal RDR, le RHDP vient de positionner l’ex-président du Conseil représentatif des occupants du parc du Mont Péko a été proposé par Kandia Camara, secrétaire générale du RDR, pour représenter comme candidat RHDP aux élections municipales 2018, dans la commune de Méagui.

Il aura à affronter le candidat du PDCI, le maire sortant N’Dri Yao. Méagui est un fief du PDCI, depuis la création de la commune. Capitale mondiale du cacao, cette petite commune est très stratégique dans la région de la Nawa, une région dirigée par Alain Richard Donwahi, cadre du PDCI et probable candidat RHDP avec l’accord implicite d’Henri Konan Bédié.

Karina Fofana

Tuo Fozié nommé préfet hors grade de Bouaké : Est-ce forcément une bonne idée ?

Personnalités liées avec l’article