CEDEAO – Visas pour les Maliens, Burkinabè et Nigériens : le Mali monte au créneau

Premier sommet des Chefs d’Etat de l’Alliance des États du Sahel (AES) à Niamey le 6 juillet 2024
Premier sommet des Chefs d’Etat de l’Alliance des États du Sahel (AES) à Niamey le 6 juillet 2024 © Crédit Photo DR

Le Mali refuse toute idée de retour à la CEDEAO et s'oppose fermement à l'instauration de visas pour ses ressortissants, les Burkinabè et les Nigériens.

Le ministre malien des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop, a réaffirmé la position ferme du suite au sommet de la qui a désigné des médiateurs pour tenter de ramener les trois pays putschistes dans le giron de l'organisation. M. Diop a souligné que le retrait du Mali, du Burkina Faso et du Niger est « irréversible » et que les pays sont déterminés à avancer sur la voie de la confédération.

La question des visas cristallise les tensions. Le Mali redoute que la CEDEAO n'impose des visas à ses ressortissants comme moyen de pression, une mesure que M. Diop qualifie de « chantage aux populations ». Il a appelé à un dialogue constructif pour minimiser les impacts négatifs du retrait des trois pays sur les populations de la région.

La rédaction vous conseille

La CEDEAO, de son côté, maintient sa position sur le respect des délais convenus pour un retour à l'ordre constitutionnel et démocratique. L'organisation reste ouverte au dialogue mais insiste sur la nécessité de respecter les principes fondamentaux de la CEDEAO.

Les derniers articles sur YECLO

Written by Colombe Blanche

Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères

Le Mali ouvert à la coopération avec la CEDEAO, mais pas à un retour

L'activiste franco-béninois Kémi Séba

Kemi Seba réagit à la perte de sa nationalité française