« Cette fois, Soro n’échappera. Interpol est saisie. Tout est une question de temps… »

Soro paye t-il pour son refus d’adhérer au RHDP ? Aujourd’hui, par ce mandat d’arrêt, la rupture est vraiment consommée entre lui et son père Ouattara.

De ma position, j’ai suivi avec le coeur en peine, les événements qui ont eu cours à Abidjan ce lundi 23 décembre 2019. La crise qui couvait entre le Père (ton camarade) et une partie de « ses enfants » regroupés autour de l’ex président de l’Assemblée nationale a atteint son point culminant.

Le père a décidé de frapper là où ça fait très mal « aux bébés gâtés » de son écurie: mandat d’arrêt contre le chef de fil pour atteinte à l’intégrité de l’Etat, blanchiment d’argent, mandat de dépôt contre certains de ses proches, interpellations de plusieurs autres, présents ce lundi 23 décembre 2019, à la permanence du mouvement qui porte la candidature à la présidentielle 2020, de celui que ses partisans appellent « le leader générationnel ».

LIRE AUSSI: « Soro dit NON au chantage exercé sur lui par le Président du RDR-RHDP »

C’est un secret de polichinelle: ce qui est arrivé n’est que l’aboutissement d’un long processus fait d’incompréhensions, de défiance. La rupture consommée au mois de mars 2019 avec la démission du Parlement de la tête de proue de l’ex-rébellion. Il avait refusé d’adhérer au rassemblement impulsé par ton camarade. Il a libéré « le tabouret ».

Le père a décidé de frapper là où ça fait très mal « aux bébés gâtés » de son écurie

Les positions s’étaient alors braquées de part et d’autre. Les partisans de l’ex-premier ministre n’hésitant pas à qualifier ton camarade de « père injuste ». Quand de l’autre côté, agacés par les sorties et les déballages publics de celui qui est devenu ouvertement opposant au régime, les hommes du système ont décidé de l’avoir à l’usure. Deuxième bataille gagnée par le « système » après l’Assemblée nationale, la Francophonie. Le vice-président de l’assemblée des parlementaires francophones a bataillé pour occuper le poste de président de l’instance. Le bras de fer a tourné à l’avantage du pouvoir d’Abidjan.

LIRE AUSSI: Quand Adjoumani reconnaît enfin que la rébellion a tué la démocratie en Côte d’Ivoire

Crusher a l’extérieur

Après un peu plus de six mois à l’extérieur, particulièrement en Europe, occupant son temps à préparer le projet de société de son mouvement, son programme de gouvernement, à rencontrer ses sympathisants et militants au cours des crush-party et après avoir annoncé sa candidature à la présidentielle de 2020, il a alors décidé de regagner son pays pour la bataille du terrain.

Jour le plus long…

La veille, un de ses partisans, la voix roque, inquiet révélait un plan d’arrestation de son leader. « Le pouvoir à deux options sur la table: soit le laisser rentrer et l’arrêter. Soit actionner le gouvernement du Burkina Faso pour activer le procès lié au putsch de 2015 dans lequel son nom avait été cité… ».

Le dispositif de sécurité mis en place montrait à l’évidence que les autorités n’allaient pas donner dans la dentelle. Un officier de police interrogé par nos soins affirme « c’est en application de l’interdiction des manifestations sur la voie publique. ». À la question, avez-vous des consignes pour l’arrêter au cas où il foule le sol ivoirien, l’officier et la police sont devenues muets. C’est connu dans le jargon de la sécurité: quand la police ne parle pas ou ne parle plus, elle agit ou est en train d’agir.

LIRE AUSSI: La police signalée au domicile Bédié à Cocody: info ou intox ?

Sur le terrain, la sécurité renforcée autour du domicile du président du GPS était un indice. Ses proches sont interdits d’accès à la résidence. Ses partisans qui accourent pour former un bouclier humain sont tenus à distance.

GATL ou Jetex?

La veille, après des discussions houleuses entre les responsables de l’aeroport et le comité d’organisation, ce dernier est informé tard dans la soirée que l’avion privé à bord duquel l’ex-PAN a pris place va finalement atterrir sur l’espace du GATL. Mais les consignes sont claires: pas de mouvements de foules. À quelques heures de l’atterrissage prévu à 13 h, la confusion s’installe dans le camp du comité d’organisation. « le GATL vient de nous informer que l’avion ne se posera pas sur sa plate-forme… ». Les choses s’enchaînent à partir de ce moment. « Le Préfet de police d’Abidjan vient de nous demander de désigner trois personnes pour accueillir notre leader au pied de l’avion. En fait, nous venons de réaliser que c’est un piège. Il veut nous regrouper pour nous arrêter… », dit nerveusement, un membre du comité d’organisation.

Atterrissage au Ghana

Finalement, l’information tombe. L’avion a été dérouté au Ghana. Pour les sources proches du pouvoir, à la demande de l’intéressé lui-même. Pour ses partisans, parce que le pouvoir d’Abidjan n’a pas finalement autorisé l’avion à se poser à l’aéroport Felix Houphouet-Boigny.

« Cette fois, il n’échappera. Interpol est saisie. Tout est une question de temps… »

Mandat d’arrêt

Selon mes informations, le président du GPS était bien au courant des dispositions prises à Abidjan, notamment les poursuites judiciaires à son encontre. « Il ne les ignorait pas en tout cas. », soutient une source. Pourquoi alors a-t-il voulu rentrer malgré tout? La question laisse place aux supputations.

LIRE AUSSI: Mamadou Traoré: « Si vous votez le RHDP en 2020, vous n’aurez que vos yeux pour pleurer »

À partir de 15 h, la machine s’emballe: les forces de sécurité font irruption au siège du GPS, plusieurs cadres de ce mouvement sont interpellés et sont encore détenus, les informations faisant état de l’existence d’un mandat d’arrêt contre le président du GPS circulent tout comme celles annonçant la saisine de Interpol. Peu avant 20 h, des sources crédibles à Accra et à Abidjan font état du décollage de l’avion transportant le « leader générationnel », direction l’Espagne. À 20 h, le Procureur de la République confirme à la télévision nationale, les charges qui pèsent sur lui. « Cette fois, il n’échappera. Interpol est saisie. Tout est une question de temps… », selon une source introduite. Fin de la folle journée.

Personnalités liées avec l’article