Chu de Yopougon : Aides-soignantes, brancardiers, secouristes…suspendus à la décision d’Aka Aouélé

Employés sans salaire au Chu de Yopougon

Le cri de détresse des agents de Net Service Ivoire () opérant au Centre hospitalier et universitaire (Chu) de Yopougon, va-t-il être enfin entendu ? Le directeur de cabinet du ministre de la Santé, , a décidé de les rencontrer ce mardi 2 octobre 2018, pour discuter de leur situation précaire, liée à cinq mois de salaire impayé.

Après avoir pris l’opinion nationale et internationale à témoin et menacé d’entrer en grève, les brancardiers, aides-soignantes, auxiliaires en pharmacie, secouristes, caissières, agents de bureaux, secrétaires et contrôleurs regroupés au sein du collectif des agents NETSI du peuvent pousser un ouf… d’espoir. Joseph Aka, directeur de cabinet du ministre de la santé Aka Aouélé, a enfin accepté de rencontrer ces agents, au premier jour du déclenchement de leur grève de trois jours

A lire aussi : Chu de Yopougon : 5 mois sans salaire pour des aides-soignantes, brancardiers, secouristes…

Il était accompagné pour l’occasion par le directeur de cabinet adjoint , par ailleurs directeur par intérim du CHU de Yopougon. Rappelons que le 28 septembre 2018, ces agents ont peint un tableau obscur sur leur condition de travail et ont appelé les autorités compétentes à se pencher sur leur cas.

« Que les autorités compétentes se penchent sur notre situation car il est très difficile de travailler sans en retour percevoir de salaires alors que nos employeurs s’enrichissent sur nos dos. Que les autorités compétentes nous aident à mettre fin à cette situation de prestataires qui appauvrit les travailleurs et ne garantir aucune retraite », a affirmé , le président du collectif.

Il est urgent qu’une solution positive soit trouvée pour ces pères et mères de famille qui sont dans le désarroi total et dont le travail est essentiel au sein du centre hospitalier. En attendant, la grève a été suspendue.

Prince Beganssou

Hôpital mère-enfant de Bingerville : Une femme enceinte refoulée pour une caution de 300 000 FCFA

 

Personnalités liées avec l’article