CNI caduques dans 2 mois : L’ONI continue de se moquer des Ivoiriens pour ses propres intérêts de 460 milliards FCFA

Diakalidia Konaté, DG de l'ONI
Diakalidia Konaté, DG de l'ONI

Qu’est-ce que , directeur général de l’Office national d’identification () est vraiment payé à faire ? Produire des cartes nationales d’identité ? Cela ne semble pas le cas, au vu des nombreuses plaintes contre son service et son incapacité à produire des cartes d’identité, alors que la date d’expiration de millions de CNI arrive à expiration.

La nature ayant horreur du vide, un petit malin a cru bon d’inviter les Ivoiriens à se rendre dans les centres d’identification de l’ONI, en vue de renouveller leurs pièces d’identité qui arrivent à expiration, à compter de mai 2019. Il n’en fallut pas plus pour faire sortir de son gong Diakalida Konaté.

« Il est donné de constater que des personnes se faisant passer pour l’ONI, font des publications sur les médias sociaux, appelant au renouvellement des CNI qui expirent en 2019. La direction générale de l’ONI tient à informer l’ensemble de la population ivoirienne qu’elle n’a entrepris aucune campagne de communication relative à cette opération et décline toute responsabilité qui découlerait de ces publications. Elle tient à rassurer les ivoiriens qu’au moment opportun, l’ONI s’adressera à eux à travers les canaux d’informations officiels, notamment les médias sociaux et les médias classiques », se défend l’ONI dans un communiqué qui frise le ridicule.

A lire aussi : Enrôlement à Koumassi : Le RDR fait libérer 2 fraudeurs présumés, un commissaire de l’ONI cerveau de l’affaire ?

De fait, la direction de l’ONI n’entend pas produire en masse des cartes d’identité, tant que le gouvernement ne valide pas son fameux Système national de l’état-civil (SNECI) tiré d’un autre barbarisme dénommé Registre national des personnes physiques (RNPP). Coût du projet : 460 milliards FCFA, dont une infime partie est décaissée depuis 2017, sans qu’on ne voit de résultats probants.

Entre temps, l’INS a aussi introduit un autre projet budgétivore, à savoir le cinquième Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH 2019) de Côte d’Ivoire d’un coût de 19.6 milliards FCFA. Le précédent avait été piloté par un certain Albert Toikeusse Mabri, alors ministre du Plan et avait été un échec cuisant, un scandale qu’avait tu le gouvernement.

Emmanuel Gautier