Délégation spéciale du Plateau : Tir groupé sur le préfet-maire Toh Bi après des explications hasardeuses

Vincent Toh Bi, préfet d'Abidjan

Après la mise en place de la délégation spéciale dans les communes de Booko, de Rubino, de Grand-Bassam, de Port-Bouet et du Plateau, a tenté d’expliquer ce qu’est que la délégation spéciale. Cependant, cette approche n’a pas été du goût de certains internautes.

Quelques explications du préfet : « Par communiqué en date du 31 décembre 2018, le ministre de l’intérieur et de la sécurité a porté à l’attention nationale et de nos populations, la mise en place d’une délégation spéciale pour gérer et liquider les affaires courantes dans la commune de Booko, de Rubino, de Grand-Bassam, de Port-Bouet et du Plateau.

Il est du devoir de l’administration d’expliquer aux populations le sens de cet acte mais également les conséquences. Tenons nous en aux aspects techniques et administratifs à nos compétences dans cette matière précise.

Une délégation spéciale est prévue par les textes notamment la loi 2012-1128 du 13 décembre 2012, portant organisation des collectivités territoriales en son article 43, qui prévoit qu’en cas de suspension, dissolution ou si l’installation du conseil n’a pas eu lieu, à mettre en place une délégation spéciale pour gérer les affaires courantes ».

A lire aussi : Délégation spéciale illégale au Plateau : Quelle est donc cette « réglementation en vigueur » dont parle le ministre de l’Intérieur ?

La vidéo a été publiée sur la page Facebook du préfet. Mais les réactions de quelques internautes ne s’est pas fait attendre suite à ces explications. Habituellement adulé sur les réseaux sociaux, le préfet d’Abidjan a commencé à recevoir ses premières critiques voire railleries, comme cette image détournée où il présente le visage de Fabrice Sawegnon, dans sa tenue d’apparat.

« En gros vous essayez d’expliquer aux Ivoiriens que les poissons vivent dans l’eau. Sinon le cas du Plateau ne rentre en rien dans les critères de la délégation spéciale », rectifie un Internaute.

Un autre renchérit : « Monsieur le préfet, sachez que la vie c’est demain comme on le dit en Côte d’Ivoire parce que ce vous faites n’est pas digne. Pour l’installation du maire au Plateau, vous avez brillé de votre absence mais pour prendre son fauteuil là vous êtes réapparu. Un conseil : avant de poser un pas, réfléchissez à demain. Surtout quand on sait comment la côte d’Ivoire change merci pour votre compréhension ».

« Moi j’ai une question, monsieur le préfet : pourquoi vous n’avez pas installé le maire élu Jacques Ehouo ? Quelles sont les motifs ? Merci ». L’une de ces nombreuses questions qui n’ont pas reçu de réponse de la part de l’administrateur, réputé actif sur les réseaux sociaux, mais abonné à l’absence d’interactions.

« Mais pourquoi, avez-vous suspendu l’installation du maire du Plateau ? ». « On aurait bien voulu savoir les raisons pour lesquelles vous avez suspendu l’installation du maire du Plateau ». « Monsieur le préfet Vincent Toh Bi Irié, autant il est bien de nous éclairer sur la délégation spéciale, autant il aurait été juste que vous nous donniez les raisons de la non installation du conseil municipal du Plateau. La cérémonie d’installation de la délégation spéciale ayant eu lieu dans la même salle que celle qui avait été prévue pour accueillir l’installation du conseil municipal ». Telles sont des préoccupations qui n’ont pas reçu de réponses.

D’autres sont allés plus loin, en marquant leur déception pour un homme jusque-là irréprochable et qui risque de perdre sa crédibilité à l’instar de l’un de ses prédécesseurs qui jouissait lui aussi, d’une bonne réputation, à savoir le préfet Sam Etiassé : « Vous avez perdu le peu d’estime que j’avais pour vous car vous êtes en train de vous laisser manipuler par les politiques. Vraiment dommage ». « Un précédent vient d’être créé. J’espère que ce ne sera pas l’ouverture de la boite de Pandore ». « C’est une injustice ce qui se passe dans la commune du Plateau ». « C’est une imposture et c’est anti-démocratique »

Prince Beganssou