Des déchets plastiques utilisés pour construire des écoles en Côte d’Ivoire

L’UNICEF a posé le 29 juillet 2019 la première pierre d’une usine qui transformera en briques modulaires les déchets plastiques collectés en Côte d’Ivoire.

Une usine « unique en son genre » spécialisée dans la transformation des déchets plastiques en briques modulaires vient d’être installée à Abidjan pour construire davantage de salles de classe et améliorer la scolarisation des enfants.

L’annonce a été faite par l’UNICEF, initiatrice du projet en partenariat avec l’entreprise sociale colombienne Conceptos Plásticos, dans un communiqué publié lundi 29 juillet 2019.
« L’UNICEF a annoncé aujourd’hui avoir posé la première pierre d’une usine unique en son genre qui transformera en briques modulaires les déchets plastiques collectés en Côte d’Ivoire », indique le communiqué.

LIRE AUSSI: Affectation en 6e: les explications de Jérôme Ayekoé

Les briques, faites exclusivement de plastique, sont ignifugées. Elles sont 40% moins chères que les matériaux de construction conventionnels, 20% plus légères et durent des centaines d’années de plus, sans compter qu’elles sont étanches, bien isolées et conçues pour résister à des vents violents, explique l’UNICEF.

Pour l’organisation onusienne, ces briques « peu coûteuses, durables et faciles à assembler seront utilisées pour construire les salles de classe » qui font tant défaut à la Côte d’Ivoire.
Neuf salles de classe ont déjà été construites à Gonzagueville, un quartier populaire d’Abidjan, à Divo (sud) et à Toumodi (centre) à l’aide de briques en plastique fabriquées en Colombie.

LIRE AUSSI: BAC 2019 en Côte d’Ivoire: trois conseils pour attendre la proclamation des résultats

Selon la directrice générale de l’UNICEF, Henrietta Fore, citée par le communiqué, cette usine « d’avant-garde » proposera des solutions « intelligentes et modulables » pour répondre aux défis éducatifs majeurs auxquels sont confrontés les enfants et les populations en Côte d’Ivoire et en Afrique.

« Sa vocation est triple : plus de salles de classe pour les enfants en Côte d’Ivoire, moins de déchets plastiques dans l’environnement et des sources de revenus supplémentaires pour les familles les plus vulnérables », ajoute-t-elle.

A en croire l’UNICEF, la Côte d’Ivoire doit se doter de 15.000 salles de classe si elle veut accueillir tous les enfants actuellement privés d’un lieu d’apprentissage.

Sur la période 2011-2018, le gouvernement ivoirien indique avoir accru l’offre éducative à travers la construction de 30.612 salles de classe de préscolaire et de primaire ayant permis d’atteindre un taux net de scolarisation de 91% pour les enfants de six à onze ans.
Avec son usine de recyclage du plastique, l’UNICEF entend construire 500 salles de classe pour plus de 25.000 enfants parmi les plus défavorisés dans les deux prochaines années « avec la possibilité d’accroître la production ».

LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire: Gnagno Kadji Adolphe, nouveau chef du village de Kpapékou

« L’une des plus grandes difficultés des écoliers ivoiriens est liée au manque de classes », souligne l’UNICEF qui explique que parfois, les infrastructures sont inexistantes et que lorsqu’elles existent, elles sont surchargées, ce qui rend difficile l’apprentissage.
L’usine qui va fonctionner grâce au plastique collecté dans les zones polluées d’Abidjan et ses environs aidera la Côte d’Ivoire à surmonter ces obstacles.

« Lorsqu’elle fonctionnera à plein régime, l’usine recyclera 4.800 tonnes de déchets plastiques par an et procurera une source de revenus aux femmes vivant dans la pauvreté grâce à l’émergence d’un marché officiel du recyclage », assure l’UNICEF.

LIRE AUSSI: Soubré: que sont devenues les 192 élèves enceintes ?

Sur plus de 280 tonnes de déchets plastiques produites chaque jour rien qu’à Abidjan, seuls 5% sont recyclés, ce qui ne fait qu’exacerber les problèmes d’hygiène et d’assainissement préexistants, et par ricochet de maladies, affirme l’institution onusienne.
Outre les investissements dans la construction de l’usine de transformation de plastique en Côte d’Ivoire, l’UNICEF veut étendre son initiative à d’autres pays de la région, voire au delà.

Un tiers du nombre total des enfants en âge de fréquenter l’école primaire à l’échelle mondiale et un cinquième des enfants en âge de fréquenter le premier cycle du secondaire non scolarisés vivent en Afrique de l’Ouest et centrale, selon elle.

Personnalités liées avec l’article